REFLEXION

ALORS QUE LES PROBLEMES DE L’HEURE PERSISTENT : 1.200 projets pour 350 milliards de dinars



Au cours du forum organisé par la station radio Oran, le wali d’Oran, Hadj Tahar Sakrane, a annoncé que sa wilaya dispose d’une enveloppe financière de 350 milliards de dinars. Une somme, qui peut donner le vertige aux smicards et autres retraités, qui ne peuvent même pas se permettre des figues de barbarie proposées, à… 10 dinars l’unité. Mais, tous ces projets concernant les différents secteurs d’activités prévus sur les quatre années et demi à venir, ne semblent guère susciter beaucoup d’intérêts, pour une population qui patauge dans ses déchets ménagers et dont elle ne sait que faire. Si les habitants d’Oran, qui ne cessent d’aspirer au statut de citoyens, ne sont pas insensibles aux projets de développement de leur ville, ils auraient souhaité, que les autorités se penchent d’abord sur le calvaire de leur quotidien fait de saleté, de problème de transport, d’absence d’hygiène. Concernant la collecte des ordures ménagères, le wali a rejeté toutes les responsabilités, sur les membres de l’assemblée populaire communale d’Oran, qui n’auraient pas pris toutes les dispositions nécessaires pour éviter, à la ville d’Oran de devenir une énorme décharge public, à ciel ouvert tout en déplorant le fait que les gestionnaires puissent accepter, que le matériel roulant du parc communal, puisse atteindre plus de 80% de camions en pannes, « souvent pour une courroie ou un réglage de freins ». Le premier responsable de la deuxième wilaya d’Algérie, a déploré la situation certes, mais comme le ferait n’importe quel habitant, qui ne dispose d’aucun pouvoir, pour exhorter les personnes concernées, à accomplir leurs tâches. Pour la vox populi, parler des projets réalisables en cinq ans à Oran, ne peut que prêter à sourire, étant donné qu’on « cherche à extrapoler de manière, à faire oublier les graves problèmes de l’heure que vit l’habitant. » D’autant plus qu’aucun détail n’a été donné, concernant ces dizaines de centaines de projets, que l’on nourrit pour la capitale de l’Ouest. Certains habitants se demandent, s’ils vont réellement répondre aux besoins cruciaux de la population. En relevant, à cet effet qu’on parle déjà du projet d’extension de la ligne du tramway, alors qu’il n’est qu’à ses balbutiements. « Comme si on cherchait à faire miroiter le bonheur ultérieur, afin de faire accepter l’amertume du présent. Cela permettrait à tous les incompétents occupant des postes de responsabilités, de durer davantage. » A déclaré M. Benhamed, un commerçant d’Oran qui ajoute : « On évoque même la possibilité de doter la wilaya d’un métro… Tu parles ! Quand on sait le temps mis pour le projet de réalisation du métro d’Alger, lancé dans les années 1970…, il y a de quoi être pessimiste. Nous voulons le meilleur, pour notre ville, notre pays, mais il faut dire à ces responsables, qu’ils doivent garder les pieds sur terre, et n’entreprendre, que ce qui est possible d’être concrétisé. On ne pourrait passer, à autre chose que lorsqu’on aura réglé le problème du ramassage des ordures. Un problème qui n’existait pas auparavant, même sans les moyens sophistiqués d’aujourd’hui. » A encore martelé notre interlocuteur, qui dit avoir écouté la prestation du wali à la radio. Beaucoup d’Oranais abondent dans ce sens estimant, qu’on devrait d’abord débarrasser les habitants des problèmes, qui ne coûtent pas cher à solutionner, notamment la circulation devenue infernale, la santé, où des malades se plaignent des conditions d’accueil, de soins, de l’absence de médicaments, d’hygiène, dans certains services des hôpitaux et dans certaines polycliniques…, au service d’état-civil, etc. On a également évoqué la situation lamentable de la rue des Aurès, ex- La Bastille, une rue-marché, très utile, voire indispensable pour l’approvisionnement des habitants du centre-ville, mais qui présente un vrai problème devant être pris à bras le corps. Ce qui n’est pas le cas. Des travaux ont été prévus par tous les responsables concernés, qui se sont succédé depuis une bonne vingtaine d’années, sans résultats. Un responsable a déclaré, que des travaux allaient être lancés dans les trois mois à venir. Beaucoup parmi les présents au forum, ont compris, que cette déclaration a été faire pour détendre l’atmosphère. Certains ont ri de bon cœur, à cette annonce qui a dû être entendue un certain nombre de fois, en d’autres circonstances. Ce qui prouve que les forums ne sont pas toujours des rencontres austères ;on peut même s’y amuser en écoutant certains responsables incapables de maîtriser leurs programmes, dans le cas où ils sont seulement en mesure de les élaborer. Beaucoup de choses ont été dites au cours de cette rencontre, mais ce qu’il y avait lieu de retenir était le fait, que le costume était trop grand pour certains responsables, au point où ils flottent à l’intérieur. Car, Comme peut-on prétendre avoir les capacités de gérer Oran, avec toute sa complexité de mégapole, quand on est incapable seulement de procéder, au ramassage des déchets ménagers, et encore moins, de veiller à un minimum d’entretien du matériel devant y servir ? S’interroge-t-on.

A. Salim
Jeudi 22 Juillet 2010 - 00:01
Lu 296 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+