REFLEXION

ALORS QUE L’AMBASSADEUR DE LA CHINE A ALGER, AURAIT DEMENTI L’IMPLICATION DES CHINOIS DANS L’AFFAIRE DE CORRUPTION : Le groupe chinois Citic-Crcc impliqué dans le scandale de l’autoroute

La visite du ministre chinois des Affaires étrangères, Yiang Jiechi,à alger pour une visite de deux jours intervient en plein scandale de corruption autour du projet de l’autoroute Est-Ouest, dans lequel le groupe chinois Citic-Crcc serait impliqué.



ALORS QUE L’AMBASSADEUR DE LA CHINE A ALGER, AURAIT DEMENTI L’IMPLICATION DES CHINOIS DANS L’AFFAIRE DE CORRUPTION : Le groupe chinois Citic-Crcc impliqué dans le scandale de l’autoroute
Dans cette affaire, des cadres de Citic-Crcc, des responsables du ministère des Travaux Publics ainsi que plusieurs intermédiaires algériens et étrangers auraient perçu ou versés des pots-de-vin lors du processus d’attribution des marchés de réalisation de l’autoroute Est-Ouest, projet phare du président Abdelaziz Bouteflika.
 Depuis le déclenchement de cette affaire, les relations sont d’ailleurs très tendues entre le groupe chinois et les responsables algériens du secteur, qui n’auraient plus eu aucun contact direct. D’abord silencieuse, la Chine, par l’intermédiaire de son ambassadeur en poste à Alger, a réagi jeudi dernier. Il a notamment démenti l’implication de cadres chinois dans cette affaire de corruption et à accusé la presse d’avoir véhiculé ces fausses informations pour servir des intérêts occultes. Il a mis en cause, sans la nommer, la France. Autre sujet d’inquiétude pour les Chinois : l’avancée de leurs contrats remportés dans le domaine du chemin de fer en juillet dernier, par les sociétés CCEC et CRG Limited. D’un montant total de 2,5 milliards de dollars pour la construction des lignes Tissemsilt-Bouzeghoul, Saida-Tiaret et Tiaret-Tissemsilt, ils sont toujours en attente de l’émission des offres de service (ODS) pour concrétiser leur validation. Un retard qui serait dû à l’enquête en cours sur les conditions d’attribution de ces contrats. Malgré tout, la Chine reste un partenaire essentiel pour l’Algérie, notamment pour réduire son recours aux autres investisseurs étrangers, notamment européens, ou faire jouer la concurrence. En 2009, les échanges commerciaux entre les deux pays ont augmenté de 8,8% et les entreprises chinoises ont remporté pour plus de 4 milliards de dollars de contrats. Dans bien des projets, les entreprises chinoises restent les moins disantes financièrement et avancent les délais de réalisation les plus courts. Un argument très important pour le gouvernement, qui a fait beaucoup de promesses aux Algériens en matière de développement des infrastructures et de construction de logements, et qui ne peut accepter trop de retard dans ces réalisations dans un contexte de tensions sociales exacerbées. Lors de sa visite, le ministre chinois des Affaires étrangères, devrait mettre en avant cette position avantageuse de la Chine, notamment dans l’optique de prochains grands projets lancés par l’Algérie, à travers son plan de développement de 150 milliards de dollars annoncé l’an dernier par le gouvernement. Les Chinois sont principalement intéressés par la future autoroute des Hauts-Plateaux, des projets de chemin de fer et de logements, pour lesquels ils sont en mesure de faire des offres très concurrentielles, étant donné leur présence et leur expérience sur le marché algérien, qui leur permettraient d’être opérationnels très rapidement.

Riad
Lundi 11 Janvier 2010 - 10:20
Lu 687 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+