REFLEXION

ALGER - RABAT : Une tentative de rapprochement torpillée par le Premier ministre marocain



A peine amorcée, une nouvelle tentative de relance des relations entre Alger et Rabat semble déjà vouée à l’échec. La semaine dernière, le secrétaire général du ministère marocain des Affaires étrangères était à Alger. Face aux responsables algériens, il a évoqué la volonté du roi Mohammed VI de renforcer les relations entre le Maroc et l'Algérie en vue de construire un modèle de coopération fondé sur le respect mutuel. Entre temps, l’Algérie s’était même abstenue de condamner publiquement le lourd verdict prononcé par la cour de Rabat à l’encontre de 24 militants sahraouis. Mais, ces vœux de rapprochement ont été vite contredits par les déclarations du Premier ministre marocain, AbdelillahBenkirane, aux médias français. Avant-hier, sur France 5, il a expliqué aux journalistes de l’émission « Internationales » que si la France est intervenue au Mali, c’est parce que le Maroc et l’Algérie ne sont pas parvenus à s’entendre. « L’Algérie ne veut pas que le Maroc intervienne, je ne sais plus pourquoi », a dit AbdelillahBenkirane. Autrement dit, l’Algérie porte une grande responsabilité dans l’intervention française au Nord-Mali. Autre pique adressé à l’Algérie, elle concerne le Sahara occidental : « Tout le monde sait que si l’Algérie décide de régler ce problème, en une journée, c’est réglé. Il s’agit d’une « problématique que l’Algérie a considéré devoir entretenir », a-t-il dit. L’Algérie est également responsable de la persistance de la fermeture des frontières terrestres entre les deux pays. « Malheureusement, cette affaire du Sahara (occidental), qui appartient à une ancienne logique, envenime nos relations. La semaine dernière, lors d’un débat à l’ONU, les représentants de l’Algérie et la déléguée marocaine ont eu un échange vif sur le Sahara occidental. Mourad Benmehidi « a souligné le caractère unique de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso), en regrettant que cette Mission ne comporte aucune composante ‘‘ droits de l’homme ’’ », selon le compte-rendu de l’ONU. Réponse de la déléguée marocaine : elle « a demandé une motion d’ordre, en estimant que le représentant de l’Algérie n’avait pas à parler d’une mission de maintien de la paix en particulier. Elle a regretté que le représentant de l’Algérie aborde le mandat de la Minurso, alors que le rôle du C-34 est, selon elle, de traiter de la question générale des OMP », selon le document de l’ONU.                                                                                                          

Ismain
Mardi 26 Février 2013 - 09:45
Lu 1390 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+