REFLEXION

ALGER : Des milliers de gardes communaux manifestent



ALGER : Des milliers de gardes communaux manifestent
Plusieurs milliers de gardes communaux 3000 à 4000, selon les organisateurs rencontrés sur place, venus de plusieurs régions d’Algérie, occupent depuis ce lundi matin la Place des Martyrs à Alger. En fin de matinée, ils ont réussi à forcer le dispositif de police et à marcher jusqu’au siège de l’Assemblée nationale, située non loin de la Place des Martyrs. Cette fois ci, les manifestants se disent déterminés à ne pas quitter les lieux, de jour comme de nuit, tant que leurs revendications ne sont pas satisfaites. «Nous serons encore plus nombreux dès que nos collègues réussiront à rallier la place » affirme un garde communal. Selon nos interlocuteurs, des dizaines de leurs collègues sont bloqués par la police et la gendarmerie à Lakhdaria, à l’est d’Alger, et à Birkhadem, à l’ouest. Une délégation de manifestants a été reçue ce matin par Abdelaziz Ziari, le président de l'APN, mais les gardes communaux demandent à s'entretenir directement avec le premier ministre Ahmed Ouyahia.Ils rapportent, en outre, qu’une consigne de quartier (réquisition du corps sur le lieu de travail) a été émise par les directions de wilaya de la garde communale pour la journée du 7 mars afin de mieux retenir les gardes communaux loin du point de rassemblement. « On nous a dit, si vous partez, on vous retirera les armes. Nous avons bravé l’interdiction et nous sommes venus quand même. Nous resterons ici jusqu’à ce que nous obtenions gain de cause », nous certifie t on. Des slogans, hostiles au pouvoir, surtout au premier ministre Ouyahia, sont scandés à tue-tête. Sur les banderoles, brandies à bout de bras, les contestataires rappellent leur engagement dans la lutte contre le terrorisme. « En 1994, on nous a utilisés comme une solution contre la violence intégriste. En 2011, on nous considère comme des trublions », explique un garde communal. « Nous n’accepterons aucune autre solution que la mise à la retraite anticipée et l’octroi de l’indemnité de 5 millions de dinars pour les années que nous avons passées à combattre le terrorisme », ajoute t il. Les gardes communaux estiment que la rencontre avec le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Dahou Ould Kablia, qui a eu lieu mercredi dernier est un échec. « Nous n’acceptons ni la dissolution du corps, ni le redéploiement au sein de l’ANP et de l’administration. Nous avons nos propres propositions » martèlent les contestataires.

Yacine
Mardi 8 Mars 2011 - 10:22
Lu 576 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+