REFLEXION

AIN TEMOUCHENT : Un hommage rendu à l’écrivain Saïd Mouas



La  Maison de la culture d’Ain Témouchent, à l’occasion de Leilat El qadr,  vient de rendre hommage  à un brillant membre de la communauté culturelle de la localité. Il s’agit de l’écrivain et chercheur dans le domaine du patrimoine immatériel  Saïd Mouas. Au cours d’une soirée festive qui s’est déroulée après les Tarawih à la bibliothèque publique Malek Bennabi, une cérémonie dédiée à un digne fils de la ville a permis à une assistance composée d’amis et d’artistes de revisiter le parcours de l’auteur et doyen de la presse. Mr Mokaddem Mohamed, le Directeur du complexe culturel a pris la parole pour  mettre en exergue les efforts consentis par Saïd Mouas dont les travaux sur l’histoire locale ont permis de faire connaitre  toute une pléthore d’hommes et de femmes de culture  ainsi que plusieurs héros de la révolution de la région d’Ain Témouchent. Sans compter  son inlassable travail journalistique  depuis 1970 dans des quotidiens nationaux tels que la République, El Moudjahed, Le  Soir d’Algérie, El Watan, Liberté et l’Echo d’Oran où il collaborait pendant une longue période avec des reportages inédits qui lui ont valu le respect et la reconnaissance de ses pairs et surtout de faire connaitre la wilaya d’Ain Témouchent. Le président de l’association des poètes du Melhoun et de la poésie classique, Mr Mokrane Kouider, a voulu, pour sa part, marquer à sa manière la gratitude de la corporation en présentant une belle ‘’q’acida’’ retraçant l’itinéraire de Saïd Mouas  en termes élogieux. Il a souligné que le livre de ce dernier ‘’Ain Témouchent à la rencontre du feu sacré’’ a le grand mérite de ressusciter d’éminents personnages de la vie culturelle tels que Hadj Khaled Belbey ou Zénagui Bouhafs El Abdelli.  Les écrits, souvent publiés par la presse nationale sous la signature de Said Mouas,  touchaient à toutes les dimensions de la vie locale et nationale et se caractérisaient par une approche rigoureuse  et un engagement franc envers le devoir de vérité. Conférencier culturel, il n’hésitait pas à s’impliquer dans les débats sensibles sur l’avenir du pays. Il milita, entre autres, pour une refonte du système sportif national et le professionnalisme grâce à une série de réflexions parues dans le quotidien d’Oran et El Watan à telle enseigne qu’un ancien ministre des sports lui fit commande d’une étude sur une réorganisation de l’inspection générale. Témoin privilégié du développement de la localité d’Ain Témouchent à partir des années 80, il reste l’un des rares  acteurs intellectuels à évoquer le passé de la ville avec une certaine autorité. N’a-t-il pas animé une série de 26 émissions à la radio régionale de Témouchent  afin de nous replonger dans l’histoire de la société Témouchentoise ?  Au cours du mois de ramadhan qui vient de s’achever il donna une intéressante conférence doublée d’un documentaire  filmé localement sur l’action de la Médersa d’Ain Témouchent  pendant la révolution. L’hommage quoique tardif intervient au crépuscule d’une carrière riche en rencontres humaines mais ce fut un hommage empreint de simplicité comme l’est la vie de ce modeste retraité de l’éducation nationale, ancien inspecteur et  sous-directeur de l’académie que l’on peut croiser parmi les gens humbles de la ville de Sidi Saïd.

Réflexion
Dimanche 19 Juillet 2015 - 19:55
Lu 354 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+