REFLEXION

AIN-TEMOUCHENT : Les "taxieurs" clandestins imposent leur diktat à Hammam Bou Hadjar

Plusieurs interrogations se posent souvent parmi les citoyens résidant dans les localités rurales telles que Hadjairia, Aurès-El-Meida et Ain-El-Beida , implantées dans le territoire de la commune de Hammam Bou Hadjar (daïra de Hammam Bou Hadjar) sur le retard accusé dans la réalisation des stations de taxis nonobstant plusieurs doléances présentées auprès des responsables locaux de la commune et de la daïra de Hammam Bou Hadjar, dont ils relèvent administrativement, liées à la création des stations de taxis, alors que les terrains devant les abriter sont disponibles .



AIN-TEMOUCHENT : Les "taxieurs" clandestins imposent  leur diktat à Hammam Bou Hadjar
La localité de Hadjairia distante de 4 kilomètres située sur deux routes, l’une transitant par le bain thermal « El Hamda » pour aller vers la commune de Sidi Boumédiène (daïra d’Ain-El-Arba ) et celle de Sidi Bel Abbès, Aurès-El-Meida à 3,5 kilomètres implanté sur la route menant vers la commune de Chaabet El Leham, El-Malha et Ain-Temouchent, tandis que celle d’Ain-El-Beida avec ses 6 kilomètres, se stabilise sur la route menant vers la wilaya d’Oran via Hassi El Ghella et El Amria. Les taxieurs clandestins qui transgressent ouvertement la loi régissant sur l’exploitation du transport imposent le prix de la course de 200 dinars sur une distance de quatre  kilomètres reliant Hadjairia à Hammam Bou Hadjar, alors que la place du transport rural ne dépasse pas 15 dinars, soit 185 dinars de différence. Cet état de fait qui est vivement déploré par les habitants de ces localités rurales se répercute négativement sur leur situation financière car la très grande majorité de ces familles sont de conditions sociales très modestes, et trouvent de grandes difficultés pour subvenir aux besoins de leurs enfants  en matière sanitaire, scolaire, vestimentaire et nutritive. Plusieurs personnes se sont présentées auprès du journal pour se plaindre de cette situation, et ont déclaré que les taxieurs clandestins leur imposent leur diktat au vu et au su des services compétents chargés du contrôle du transport, et plus particulièrement durant les jours où il est constaté le manque de moyens de transport rural. A cet effet, il est impératif que les services concernés interviennent pour trouver une solution à cette situation par notamment la création des stations de taxis au niveau de ces localités rurales longuement attendues.                                                           

B. Abdlegheffar
Dimanche 25 Août 2013 - 11:15
Lu 318 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+