REFLEXION

AIN-TEMOUCHENT : Les fellahs demandent la création d’une caisse de retraite agricole

Le siège de l’UNPA a abrité, dans la matinée du jeudi 14 février 2013, une assemblée générale des fellahs, venus des différentes communes de la wilaya, présidée par le secrétaire du bureau de wilaya UNPA d’Ain-Temouchent en présence du président de la chambre de l’Agriculture, du directeur des services agricoles de la wilaya, du conservateur des forêts de la wilaya et du représentant de la CASNOS d’Ain-Temouchent .



Au cours de cette rencontre qui avait un caractère professionnel et syndical, les agriculteurs intervenants ont vivement déploré le régime actuel de la retraite qui  exige l’âge de 65 ans, alors que  le travail agricole est très pénible  et  ce régime de retraite agricole soit révisé afin que le fellah sorte en retraite à l’âge de 60 ans, comme les autres secteurs d’activités  étatiques. Ils font état de leur déception quant à l’assurance forfaitaire de 3.200.000 centimes annuellement  à la CASNOS, et que tout demandeur de retraite doit  s’acquitter et compléter les arriérés  depuis 1996 , date de la création de la CASNOS  envers cet organisme d’assurances, totalisant plus de 30.000.000 centimes parfois, chez certains agriculteurs, qui se trouvent contraints de se débrouiller  l’argent, et faute de quoi ils feront l’objet de  la saisie de leurs  biens fonciers ou matériels par les voies judiciaires, pénalisant très lourdement les fellahs et leurs familles, disent plusieurs intervenants .Le réajustement des prix des céréales, et le retard dans l’établissement des actes de concessions, et les PPDRI ont été également évoqués par l’assistance. Selon Monsieur Amamra M’hamed , président de la chambre de l’agriculture de la wilaya, auprès duquel le journal s’est rapproché, a déclaré qu’il est inadmissible  que le fellah ou l’agriculteur qui a sacrifié plus de 40 ans dans le secteur de l’agriculture , en passant par sa cotisation d’assurance dans les ex-domaines agricoles autogérés , après la restructuration de la loi 1987, il a cotisé dans l’organisme CRMA et maintenant à la CASNOS, et en dernier  lieu, il  bénéficiera d’une pension de retraite de 15.000 dinars, c’est-à-dire on l’oblige à mendier . Il s’est interrogé pourquoi la CASNOS calcule les 10 dernières années des activités du fellah, et pourquoi pas  les 05 dernières années, comme  cela  se fait  chez tous les employeurs. Il a précisé dans ce même ordre d’idées , que les fellahs s’attendent toujours à ce que  la CASNOS assure la 2ème retraite complémentaire prenant effet à partir de 1996, alors que ces fellahs ont des âges qui varient  entre 65 et 78 ans, et  dont certains ont  déjà quitté ce monde . Il a parlé de la révision du prix de la production des cultures  stratégiques  notamment celui  des céréales qui n’a pas changé depuis 2008, alors que les prix des intrants, les matériels aratoires, les pièces de rechanges, la main d’œuvre etc.  Ce dernier  a fait état également du retard considérable dans l’établissement des actes de concession, car selon notre interlocuteur, 99% des fellahs ont répondu et ont déposé leurs dossiers, tout en signant leurs cahiers de charges respectifs et que l’absence de cet acte de concession bloque le fellah dans l’entame des investissements agricoles. Rappelons que le directeur des services agricoles est  intervenu pour expliquer les dispositions des lois sur la concession, sur le crédit bancaire, le soutien de l’Etat dans les différentes opérations agricoles et dans l’achat des engins agricoles et matériels aratoires, d’irrigation etc. Tandis que le représentant de la CASNOS a informé l’assistance que son agence respecte les  dispositions de la retraite  concernant le régime des non-salariés, et toute personne a le droit d’introduire un recours. Tandis que le conservateur des forêts est  intervenu lui aussi pour informer les efforts consentis conjointement par ses services et ceux de la DSA dans le développement agricole ,notamment dans l’arboriculture fruitière et rustique, en donnant comme exemple , la plantation de plus de 1000 hectares d’olives depuis 2010,  à l’échelle de la wilaya, dans le cadre du PPDRI , l’ouverture des pistes, les opérations de réaménagement , l’amélioration de la situation économique et sociale de la population rurale etc.. Des fellahs ont soulevé leur retard dans la perception de leur dû lié à la production viticole et vinicole de la campagne des vendanges et vinification de 2006. Plusieurs fellahs ont insisté sur la création d’une caisse de retraite agricole pour régulariser d’une manière définitive le problème de leurs retraites.

B.Abdelgheffar
Dimanche 17 Février 2013 - 10:14
Lu 405 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+