REFLEXION

AIN TEMOUCHENT : L’aquarium de Béni Saf nage dans la platitude

Exister est un fait, vivre est un art. Tout le chemin de la vie, c'est passer de l'ignorance à la connaissance, de la peur à l'amour. Frédéric Lenoir (1962- )
Le Grand super Aquarium de Beni Saf unique en son genre dans le pays, il est situé à la limite du quartier de la plage du puits de Beni Saf sous une gigantesque falaise constituée de gré dur, qui l’abrite et dont son entrée fait face au quartier, alors que l’autre face de l’ aquarium baignait dans la mer bleue de la méditerranée.



AIN TEMOUCHENT : L’aquarium de Béni Saf nage dans la platitude
Cet aquarium a  ouvert ses portes en 1958,   c’est un patrimoine  culturel et scientifique   qui  appartenait hier à la commune de Beni  Saf. Aujourd’hui , il se contrebalance de décret en décret  entre le ministère de l’enseignement et celui de la pèche sans que ni  l’un  ni l’ autre ne s’est intéressé par cœur ou amour, par  sauvegarde ou réglementation, par  consistance ou bonne gestion    de ce patrimoine ou  parc aquatique unique en Algérie, sachant que cet ouvrage recèle une part d’humanité, de vérité, de beauté ‘d’utilité et de savoir. Le transfert domanial du ministère de l’enseignement supérieur duquel il relevait vers le ministère de la pêche, un ministère sous tutelle duquel il avait été auparavant. Et c’est précisément ces changements incessants  d’affectations suivit d’une gestion bureaucratique centralisée à partir de la capitale qui sont la  cause de sa déchéance et encore pire de son humiliation. Ainsi au fil du temps, il n’est plus devenu cette destination tant souhaitée qu’il devrait être par les chercheurs, les étudiants, les touristes visiteurs  et les écoliers  Il  représente la fierté du terroir  de Beni Saf et même plus  de l’Algérie. Pendant la période des années19 70( nostalgie quand tu nous tiens) ce parc  aquatique avait  avec un total de 1 000 m2  dont  24 aquariums en  forme de bassins sélectifs de 1m3, ne peuvent tenir du moins  la comparaison avec les grands aquariums dits cosmopolites qu’on voit ailleurs.
Un haut lieu touristique 
 
 De ces bassins Benisafiens  on peut y observer des centaines d’animaux du monde marin d’une centaine  d’espèces différentes. En moyenne, des milliers de personnes, enfants, écoliers,  excursionnistes, visiteurs, touristes visitaient à longueur d’années ce fabuleux aquarium, ce qui en fait le premier équipement touristique communal  le plus visité ; l’aquarium n’était pas prêt de devenir ce musée où l’on pourrait venir musarder.  De la terrasse du centre, une terrasse à la forme d’un pont de navire, les visiteurs seraient également nombreux à venir admirer l’imprenable vue qu’il a sur le quartier et sur Béni Saf «  by day »  ou « by night ».Sa très belle architecture plongée dans de l’eau de mer entre deux  rochers baptisés le «  crapaud » et la « grenouille » que les enfants du quartier de la plage se font voir pour l’initiation , pour se distinguer et pour  la spécialisation  de petits   beaux  plongeons . L’aquarium  a les  pieds dans l’eau et  la tête dans le ciel avec sa formidable tour qui lui  donne une image  de beauté que seul les artistes  peuvent lui fournir un sens poétique et dont l’ histoire retiendra  à tout jamais .Ces deux rochers ont été engloutis par une muraille moche en pierraille qui a profané le tableau de l’aquarium oh ! pardon de l’artiste. L’aquarium était un centre de culture et de semence ;  une culture de poissons, une  culture de connaissances de faunes aquatiques , une culture de sciences où un programme de recherche pouvait être  mis en place pour assurer l’étude, le  suivi  des espèces aquatiques,  une culture de prospérité  humaine , une culture  de joie   de merveille et de curiosité dans un  champ  fertile  appelait quartier de la plage du puits de Beni Saf    L’aquarium de la plage du puits  se faisait valoir  par  une grande  tortue qui habitait le  grand bassin à l’entrée du site ce bassin conçu spécialement pour elle  cette tortue géante qui avait plus  de 20 ans d’âge, ne s’agitait systématiquement dès l’ entrée d’un visiteur, croyant à la livraison de leur pitance , elle savait à l’accoutumée accueillir les visiteurs par ses petits malins  regards donnant l’ air qu’ elle fait partie de l’ héritage de cet aquarium. A l’ intérieur des bassins d’eau semblable à des  vitrines pleines d’eau limpide  contenant  un environnement  propre à eux et  spécifique pour chaque  espèces aquatiques  qui font face à des visiteurs curieux et envieux  venant de tout horizon  pour déguster visuellement les délices de la beauté de la nature aquatique et par derrière des érudits qui font la qualité de la prestation de ces ressources  qui n’existent  malheureusement point aujourd’hui.
Le quartier avec son empreinte  touristique et balnéaire à  l’extrémité Est du quartier se trouve la grande et fabuleuse  école de Mousses, d’éducation, d’apprentissage et de savoir  pour mieux mettre sur le marché du travail  les meilleurs pécheurs et même navigateurs. L’autre extrémité Ouest du quartier  se positionne  l’aquarium.  Beni Saf est une ville marquée par son cachet touristique, économique, scientifique, culturel  et  sportive, en plus de  la beauté de la ville . Son côté économique représente  une ressource de croissance et de bien être pour ce qui s’intéresse  aux âmes charitables de notre jeunesse, la production de l’alevin est un des  créneaux porteur d’emplois de valeurs et de valeur ajoutée pour ceux qui savent cultiver la petite idée de façon à ce que demain la joie et la gaieté embaument les cœurs de  ceux qui attendent  un revenu. La richesse est à notre portée, l’artisanat  et la création de bien qui se rapporte à ce site peut entrainer des effets d’entrainement de valeur utile pour nous pour toi et pour tout le monde. La plupart du temps, les hommes de cultures manquent d’argent  pour bien faire  alors ceux qui possèdent de l’argent manquent de culture pour mal faire : telle est la question ?
L’école oubliée
 
Le côté social ; l’aquarium était une école, un endroit de curiosité de divertissement , de connaissance, de plaisir….en étant enfant l’aquarium  représentait pour moi un atlas ,un abécédaire, une encyclopédie, un lexique   aquatique  que personne ne pouvait me l’offrir alors aujourd’hui nos enfants nagent avec de la faune aquatique dans du virtuel   Une association  les « amis de l’aquarium »   avait pour objet principal la défense  et la préservation  de ce site( champs)  dans le temps et dans l’espace pour le cultiver , cette association  s’est dotée de moyens matériel et financier assez conséquent pour préserver le rêve de l’aquarium malheureusement rien n’a été fait , l’objet de l association ne pouvait se marier avec des visions purement matérialistes. L’aquarium qui reflétait une vision  scientifique, culturelle, économique, sociale morale et historique, s’est terni au fil des ans.  Le site se dégrade de jour en jour il ne reste que la carcasse de son architecture.   Il n’y a plus de   poissons ;pas de bassin, pas d’eau  pas de tortue pas d’odeur d’aquarium ,pas de vie aquatique pas d’espoir de remise en l’état   cet état de dégénérescence, déliquescence qui reflète  l’état de choses actuelles en l’absence ou plutôt la contumace  des  « amis de l’aquarium ». Les enfants d’hier ne savent plus expliquer, ni conter, ni narrer aux enfants d’aujourd’hui  ce qui se passait  à Beni Saf   à travers son âge, son âme  devant les vestiges que nos yeux  n’osent plus regarder  car la platitude  de ceux qui ont eu la responsabilité  de veiller insuffisamment, de penser mal , de faire du malheur   à cette richesse que les comateux  et latents sont les premiers responsables de ces ravages  de ce qui se passe sur ce  beau rivage. L’exécution d’une fiche technique qui relève du mirage  élaborée en vue de la restauration de l’aquarium appelé  « station de recherche ». Cette réhabilitation a été et sera différée du fait de la bureaucratie dans la régularisation de la situation administrative de l’aquarium ; car il me semble que la bureaucratie ait en Algérie pour unique fonction de ne rien faire et de tout empêcher, c’est bien son rôle il faut bien convenir qu’elle le remplit d’une façon irréprochable. Les lenteurs bureaucratiques ont freiné à tout jamais  la rencontre du monde sous marin afin que l’aquarium devienne un vestige bon à déblayer.
 

BENALLAL Mohamed
Dimanche 17 Mars 2013 - 08:45
Lu 1444 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+