REFLEXION

AIN TEMOUCHENT : Aboudjerra Soltani parle de défis contemporains



AIN TEMOUCHENT : Aboudjerra Soltani parle de défis contemporains
La salle de spectacles de la maison de la culture d’Ain Témouchent a abrité cette semaine, les travaux du premier séminaire régional sur la famille active face aux défis contemporains, présidés par M. Aboudjerra Soltani, président du Parti Mouvement de la Société pour la Paix (MSP). Le président de ce parti politique a , au cours d’une allocution des travaux de cette rencontre féminine, à laquelle ont pris part des représentants des Partis politiques , ceux du mouvement associatif et des représentantes des wilayas de l’Ouest du Pays, ainsi qu’une centaine de militantes et sympathisantes du Parti politique à l’échelle de la wilaya d’Ain Témouchent , souhaité la bienvenue à toute l’assistance notamment les représentants des partis politiques et les représentantes des wilayas de l’Ouest qui ont répondu à l’invitation et à la presse , avant de mesurer l’importance de cette rencontre qui coïncide avec la célébration du 56ème anniversaire du déclenchement de la lutte armée pour l’indépendance du Pays, tout en rendant hommage et en glorifiant les martyrs qui sont tombés dans le champ d’honneur, et aux moudjahidine qui sont encore vivants parmi nous et qui ont sacrifié leur jeunesse pour que nous vivions en paix et en sécurité. Le message d’un million et demi de chouhada doit protéger par génération à autre, d’une manière continue, tout en s’inspirant de la déclaration du 1er novembre 1954, et doit être complété par la construction et le développement du Pays dans tous les domaines, avec le respect des droits constitutionnels du citoyen et l’égalité dans les obligations. L’orateur a évoqué également le rôle de la famille et de la femme algériennes dans la révolution armée par le sacrifice de sang, soutien des moudjahidine et l’aide journalière à leur profit pour la continuité de la guerre jusqu’à l’indépendance totale. Il a déploré , durant son intervention, les dérapages sociaux qui affectent actuellement notre société, ,notamment les jeunes de tous âges, qui s’adonnent à la drogue, aux stupéfiants, aux psychotropes , aux mauvaises mœurs, à la violence familiale , scolaire, et à toute la criminalité sous toutes ses formes , l’émigration clandestine « El harraga », en affirmant à pas mal de nos jeunes s’intéressent de plus en plus à l’Internet, Google et au courrier électronique tout en négligeant leurs coutumes, leur religion, leur culture nationale, ceci pourrait avoir des conséquences déplorables sur la société, sur notre identité .Il a précisé qu’il est du devoir des partis politiques, des syndicats, de l’école, de la mosquée, des parents, de la famille, du citoyen de prendre en considération ce phénomène destructeur qui nécessite sa prise en considération par tous les Algériens et Algériennes, toutes les institutions, le mouvement associatif en tenant compte avec précision scientifique ses causes , et trouver des solutions adéquates. Le désintéressement des jeunes au mariage pour la fondation des foyers conjugaux, car ceci est remarqué qu’actuellement les jeunes se marient à l’âge de 35 ans et auparavant à 25 ans, tout en rappelant, précise-t-il, que l’homme est le capital éternel de la société, un bon jeune éduqué se marie avec une jeune éduquée créeront des familles éduquées et prometteuses pour le bien et l’intérêt général de la société et du Pays tout entier. Il a fait état également que la lutte armée commémore son 56ème anniversaire et notre indépendance son 48ème anniversaire, lesquelles font partie de notre histoire nationale que nos jeunes doivent apprendre, et l’amour de la patrie arrachée par le sang des martyrs et du peuple Algérien doit primer tout, car il est de notre devoir religieux et patriotique. Il faut qu’on ressent profondément notre indépendance, notre liberté, car des citoyens et des citoyennes qui n’ont pas encore vécu cette liberté de l’indépendance comme nos frères et nos sœurs de Ghaza de la Palestine qui vivent l’insécurité, le blocus économique, alimentaire, sanitaire, médical, les tueries inhumaines, et que ceci doit nous inciter toujours de protéger notre indépendance, notre liberté et notre unité. Il a clôturé son intervention par le souhait de la bonne réussite aux séminaristes. Rappelons qu’au cours du séminaire des conférences sont programmées par des professeurs universitaires sur la famille active, les défis contemporains, les dérapages sociaux etc.

B. Abdelghaffer
Mercredi 3 Novembre 2010 - 00:01
Lu 343 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+