REFLEXION

AIN TEMOUCHENT : 8èmes journées régionales médico-chirurgicales



Les maladies de l’Hypertension Artérielle (HTA), le diabète de l’enfant, les maladies émergentes et ré-émergentes, les leucémies ont été les principaux thèmes des 8èmes journées médico-chirurgicales qu’a abritées l’auditorium du centre universitaire d’Ain-Temouchent, durant les journées des 26 et 27 décembre 2012, organisés par l’établissement public hospitalier (EPH) Ahmed Medeghri, en collaboration avec le  Syndical National des Praticiens Spécialistes de Santé Publique (SNPSSP), et auxquelles ont participé les représentants des CHU de Tlemcen, Oran, de Sidi Bel Abbès, Alger, Constantine, ainsi que ceux des établissements hospitaliers de Canastel (Oran), d’Azazga (Tizi-Ouzou), Bordj-Ménail (Boumerdès), Batna, Saida, Sidi-Ali (Mostaganem), Béni-Badis (Sidi Bel Abbès), Béni-Saf, Hammam-Bou-Hadjar et Ain-Temouchent, ainsi que les représentants de la presse. En marge de la première séance de ces journées, M. Yousfi Mohamed Président du SNPSSP nous a déclaré que le SPSSP organise ces 8èmes journées médico-chirurgicales  de l’Ouest, rentrant dans le cadre du programme scientifique de l’année 2012 qui a connu l’organisation des journées médico-chirurgicales à Constantine, Alger, et Ain-Temouchent, c’est à dire, Est, Centre, Ouest et Sud. Le SNSSP qui n’est pas uniquement à caractère syndical ou revendicatif, participe également à la formation continue en médecine à travers tout le territoire national, pour améliorer le niveau professionnel, et ce pour l’intérêt général du malade et de la santé publique en général. Ces journées médico-chirurgicales, poursuit M. Yousfi Mohamed, permettent d’étudier en profondeur les maladies qui sont d’actualité, les maladies émergentes et ré émergentes, connues à travers le monde, le SIDA, la peste, la vache folle, la grippe aviaire (H1N1), la diphtérie, etc. Notre interlocuteur a ajouté que plusieurs journées nationales du genre ont été organisées en 2011 à Mascara, 2012 à Constantine et en 2013 à Oran et Alger, en ajoutant que le SNSSP encourage des journées de ce genre au niveau local notamment  à travers les hôpitaux et les EPSP. Répondant sur une question sur la régression du niveau de santé au niveau du pays, il a dit qu’il faut que les pouvoirs publics préconisent une évaluation dans tous les domaines, notamment  celui de la santé publique, au niveau des hôpitaux, des CHU, au niveau des facultés de médecine avec des enseignants de qualité de conviction, et que toute initiative ou gestion soit dans  le domaine scientifique supérieur ou médical soit parrainée par une signature de cahiers de charges pour responsabiliser toutes les parties afin qu’ils tracent une politique de bonne gestion, d’évaluation, de réévaluation ainsi que de cibler et de solutionner les problèmes, responsabiliser les personnes en charge etc. Il a rappelé que ce secteur a connu une régression depuis les années 80, notamment par les réformes du système de l’éducation et de l’enseignement, et que nos étudiants actuels en facultés de médecine trouvent de grandes difficultés pour poursuivre leurs études  en médicine, car ils ont étudié durant tous les paliers primaire, moyen et secondaire, dans la grande majorité de leur enseignement en langue arabe, alors que l’étude en médecine s’effectue en langue française, et pour cela, il faut que les pouvoirs publics entament une politique  d’enseignement de base plus fiable et répondant à l’étude de médecine ou toute autre liée à la technique, à la technologie, etc.…         

B.Abdelgheffar
Dimanche 30 Décembre 2012 - 00:00
Lu 261 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+