REFLEXION

AIN EL-TURCK : Urbanisation incontrôlée et environnement pollué



Aïn El Türck, une baie très répandue et connue depuis toujours pour ses belles plages et de celles des deux autres communes, endurent depuis quelques années une urbanisation incontrôlée, ayant principalement touché toute la baie maritime. Presque dans toute la grande baie de ces trois communes, et les parties hautes des plages telles que Saint Rock,Trouville, Bouiseville, Paradis plage, Claire fontaine, Cap Carbon, les Corales, Bomo Plage et même les Andalouses ne sont pas épargnées du phénomène des constructions illicites érigées en bord de mer, et où se range des constructions de un à trois étages ainsi que des grands complexes hôteliers sans aucune étude fiable des réalisations des différents travaux d'assainissement des AOP et AEP, du fait que l'ensemble des bâtisses érigées sont dépourvues des canalisations et fonctionnent uniquement par les fosses septiques qui ne sont même pas vidangées à temps. Les débordements sur ces espaces protégés par la loi, ont participé à la dégradation naturelle de toute la bande sableuse et la diminution d'un environnement adéquat au tourisme balnéaire et ceci a engendré une difficulté, quant à la gestion de tout cet espace tant désiré. Toute la côte de la corniche oranaise a été "bétonnée" et cela a énormément défiguré son paysage et changé son trait, l’occupation du foncier littoral a donné d'énormes difficultés quant à la protection du domaine maritime. Les quelques espèces destinées aux résidences estivales jadis, sont occupés par des projets immobiliers et touristiques qui touchent presque tout le littoral. L'urbanisation accélérée des communes de la daïra d’Aïn El-Türck a défiguré son image d'autant et c'est là un exemple d'échec typique d'un développement anarchique fait sans aucune étude technique sérieuse. C'est à partir des années 1980 que cette baie a commencé sa grande mutation, une véritable extension suivie des différentes dilapidations des terres agricoles par des prédateurs et qui ont fait l'objet de détournement de leur vocation initiale pourse transformer en villas et bungalows de fortune, s'est faite d'une manière linéaire de Saint Rock jusqu'aux andalouses. C'est à partir des années 2000 que l'on commence à s'intéresser au domaine maritime et depuis, aucune révision n'a été faite.
Les différentes directions qui s'associent à ces communes côtières, à savoir tourisme, urbanisme et maritime doivent trouver des solutions pour éradiquer ce mal qui ronge tout un important littoral, ou trouver des solutions sur devenir des plages et permettre ainsi l'approbation des POS (plan d'occupation du sol) desdites communes proposées en 2002.
La récupération des plages restent avant tout une nécessité absolue et ce, afin de permettre un véritable plan de mise en valeur de tout le littoral des trois communes de la daïra d’Aïn El-Türck qui se dégradent de jour en jour.


Medjadji.H
Vendredi 3 Juin 2011 - 11:34
Lu 681 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+