REFLEXION

AÏN EL TURCK : Des lots de terrain à l'abandon



AÏN EL TURCK : Des lots de terrain  à l'abandon
100 lots de terrain sont à l'abandon depuis des années, essaimés à travers la daïra d'Aïn El-Turck, dont les propriétaires ont été destinataires de mises en demeure et ce, conformément à un arrêté de la wilaya stipulant, entre autres, la sauvegarde et la protection de l'environnement, apprend-on auprès de la cellule de communication. Il s'agit en fait de parcelles de terre, destinées en principe à la construction immobilière, à l'abandon depuis une décennie pour la plupart, voire plus pour certaines autres, qui se sont transformées, au fil du temps, malheureusement, en de véritables dépotoirs à ciel ouvert, refuges de différentes espèces d'animaux nuisibles ou/et lieu de beuverie, synonymes de source de nuisances pour les riverains demeurant dans leurs alentours immédiats. Selon nos sources, en dépit de plusieurs mises en demeure, qui sont régulièrement adressées par l'administration, les propriétaires de ces lots de terrain
persistent toujours à faire la sourde oreille et ce, en refusant de se conformer à la règlementation en vigueur. Des familles des localités de St-Germain, Paradis Plage et Bouiseville, pour ne citer que celles-ci, qui occupent des habitations mitoyennes à ces lots de terrain, ont lancé un appel pressant aux responsables concernés pour remédier à cette déplorable situation. «En plus des multiples désagréments causés par les odeurs nauséabondes, qui se dégagent des amas d'immondices, entassés depuis des années, nous ne cessons pas de nous opposer à des beuveries concoctées en ce lieu par des individus au louche acabit, souvent armés. Nous avons signalé cet état de fait à l'administration», ont expliqué en substance des riverains de la localité de Paradis Plage, non loin du court de tennis, occupant des habitations dans les abords d'une parcelle de terre à l'abandon depuis près de dix ans. Le même son de cloche s'est fait entendre chez d'autres habitants de la rue Melinette dans la localité de St-Germain, à proximité de la bibliothèque communale. Selon leurs déclarations, «un particulier a acheté deux habitations mitoyennes au milieu des années 1990, a procédé à leur démolition pour entamer des travaux de construction qui seront par la suite suspendus depuis».Toujours est-il que la grande majorité des lots de terrain en question sont proposés à la vente et n'auraient pas encore trouvé d'acheteurs pour diverses raisons, dont notamment le prix fixé au mètre carré, qui dépasse tout entendement. Cependant, ces superficies, qui suscitent la consternation des riverains, défigurent en plus le paysage de nombre de localités côtières. Certaines, qui ont pignon sur rue, causent également différents désagréments à la circulation piétonnière. Selon notre source, une vaste opération est prévue dans les jours à venir et ce, pour tenter d'éradiquer définitivement ce phénomène dans cette partie de la wilaya d'Oran, qui perdure depuis des années et ce, au détriment de l'environnement. Notre source indique également qu'une opération similaire, actuellement en cours, cible les points noirs résultant des amas de déblais et autres gravas, provenant des chantiers de construction ou/et autres aménagements d'habitations, qui sont déposés par des particuliers. Notons encore que les auteurs de ces infractions à la règlementation en vigueur, en matière d'environnement, sont passibles de poursuites judiciaires, synonymes d'amendes.          

Rafik. M
Lundi 7 Janvier 2013 - 09:31
Lu 527 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+