REFLEXION

AIN EL BIA (ORAN) : Des habitants ‘’d’El Ayayda’’ demandent la libération du projet de 120 logements sociaux

Des habitants de la commune d’Ain el Bia exigent la libération du projet des 120 logements publics locatifs, (LPL), spécifiquement à la région « d’El Ayayda », dont les habitants sont impatients de voir la concrétisation de programmes de logement en prévision du recensement des demandes afin d'accélérer bientôt la distribution de ces quotas de logements sociaux. A l’exemple d’un certain nombre de communes et villages adjacents à la daïra de Bethioua, « El Ayayda » enregistre un déficit important dans de nombreux secteurs, tels que l'éducation, la santé et le transport.



Selon les déclarations des habitants de la région, en dépit de l'appel lancé aux autorités locales d'intervenir et d'améliorer les conditions de vie, la région reste encore en  besoin de beaucoup d'infrastructures de proximité, principalement le renforcement des services de santé qui restent un point noir de préoccupation pour les citoyens et ne répondent point aux besoins des patients forcés dans tous les cas au déplacement vers d'autres cliniques aux communes voisines. Selon les déclarations des habitants, ils sont obligés de parcourir de longues distances pour se rendre à d'autres communes voisines afin de recevoir un traitement en l'absence de services médicaux nécessaires à fournir aux patients. Dans le même contexte, des habitants d’El Ayayda   estiment que le problème du chômage, que les autorités locales pensent qu’il est en baisse significative comme dans d’autres régions, il reste que beaucoup de jeunes souffrant de l'absence de possibilités d'emploi malgré qu’elle soit située à quelques mètres de la zone industrielle. Quant aux élèves dans cette région, ils sont obligés à se déplacer et traverser de longues distances pour rejoindre les bancs des classes à cause du manque enregistré en établissements d'enseignement, où les habitants ont demandé aux instances concernées la nécessité de renforcer le secteur de l'éducation et mettre à la disposition de la région des établissements d'enseignement. D'autre part, le transport  reste le problème le plus complexe en raison de la grande souffrance des habitants à courir pour trouver un bus ou un taxi disponible, et même les transporteurs « clandestins » en raison de l'absence de lignes de transport directes de la région vers les villages et communes  voisines. De même que les projets d’habitations dans la même région connaissent un retard important que ce soit dans la livraison du projet des 120 unités, ou à l'égard de bénéficier de nouveaux projets de logements, ce qui a rendu les choses plus compliquées pour les familles qui occupent des logements précaires et d’autres complètement délabrés prêts à s’effondrer dans  l'impossibilité d’avoir accès à un logement social. En conséquence, les habitants  demandent aux autorités locales la nécessité de concrétisation  des programmes de développement nécessaires en vue de dynamiser la réalité de développement dans la région, qui a connu une croissance significative de la population, ce qui nécessite la réalisation de programmes liés au développement et à sortir les habitants de l'injustice et de l'isolement.

Touffik
Mardi 6 Octobre 2015 - 17:03
Lu 197 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+