REFLEXION

AIN EL BIA : Manque flagrant de facteurs à la poste



Les quarante cinq milles habitants  relevant de l’importante municipalité de Ain El Bia souffre le martyre au quotidien depuis plus de trois années  et surtout de la disparition de leur courrier qui stagne dans les tiroirs de la poste, du fait qu’un seul facteur sillonnait auparavant  tous les camps Sonatrach à pieds, selon  un membre de la société civile qui nous a affirmé  le manque de moyen mobilier (Mobylettes ) pour  le dispatching  du courrier ainsi que  le  manque de facteurs en nombre suffisant ne va pas sans générer des désagréments à la population, habituée à recevoir le courrier à domicile. Les habitants de la localité de Aïn El Bia viennent de lancer un cri de détresse aux autorités locales en général et aux responsables de wilaya d’Algérie Poste  en particulier, afin qu’ils se penchent sur leur calvaire quotidien. Ces habitants se plaignent de l’absence de facteurs et ce, depuis plusieurs mois de suite. Cette situation pénalise plus d’un. Ces citoyens déclarent ne plus recevoir leurs factures à temps et plus grave, même les convocations officielles ne sont pas remises à leurs destinataires dans les délais impartis. Certains ont raté des audiences de tribunaux, des concours divers ou de recrutement. Un tour quotidien au bureau de poste est devenu impératif pour éviter tout éventuel désagrément. Un calvaire de plus pour les retraités dont certains souffrent de maladies chroniques lourdes de conséquences. «Doit-on obliger un malade ou une personne âgée à se déplacer chaque jour pour s’enquérir de son courrier ?», nous dit un citoyen qui nous rappelle qu’«il est loin le temps où le bon vieux facteur allait rendre visite aux vieux et vieilles même hospitalisés, pour leur remettre leurs mandats en mains propres».Une demande urgente est adressée à Algérie Poste pour trouver une solution à cette situation tel que le recrutement d’agents pour la distribution du courrier et autres envois par la poste pour qu’enfin les répercussions négatives sur la vie de la population, qui aspire à de meilleurs services, cessent.   
                        

Medjadji. H
Lundi 20 Mai 2013 - 08:27
Lu 453 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+