REFLEXION

AIN EL BIA : L’association « EL MALEK » dénonce la marginalisation



La Journée nationale des personnes handicapées a été l’occasion d’évoquer les préoccupations de cette frange de la société. En effet, l’association des handicapés de la commune d’Ain El Bia « EL MALEK » a appellé, à cette occasion, à la mise en place d’un procédé de communication permettant à cette catégorie de comprendre, d’être au courant de ce qui se passe autour d’elle et de participer en tant que personne à part entière dans l’édification de la société. Selon M. Kadda Belareg  président  de l’association « EL MALEK » l’absence de programmes télévisés en faveur des personnes malentendantes pose problème. « Ces dernières ne peuvent pas suivre le cours des événements à travers le journal télévisé encore moins le prêche religieux lors de la prière du vendredi », s’est-il désolé. « L’absence d’enseignement spécialisé en langue des signes et l’absence d’interprètes, y compris au niveau des institutions publiques, est flagrant », a-t-il ajouté. Combien de personnes malentendantes et muettes sont confrontées à des problèmes de communication et d’orientation au niveau des administrations ? S’est-il interrogé. Et d’ajouter : « Souvent, les personnes atteintes de surdité sont obligées de se rendre aux administrations avec un accompagnateur pour régler leur paperasse au niveau de l’état civil ». M.Kadda Belareg recommande la formation d’interprètes spécialisés dont la mission serait de prendre en charge les malentendants au niveau des établissements publics. Il évoquera aussi le problème de l’insertion professionnelle. Selon lui, la stratégie de l’insertion sociale et professionnelle des sourds est insuffisante.                  

Medjadji H
Lundi 18 Mars 2013 - 09:12
Lu 143 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+