REFLEXION

AIN BEIDA (ORAN) : Les occupants des habitations précaires haussent le ton



La souffrance des occupants des logements anarchiques et les différents quartiers précaires éparpillés à travers la région d’Ain Beida, se poursuit toujours, il s’agit des habitants des quartiers : 207,  11 décembre, connu sous le nom de douar « Maroc », et celui de Sidi El Khiar. Selon les déclarations des habitants de ces quartiers, ils souffrent en silence sans que personne ne se soucie de leur problème d’absence d'un logement décent pour leur servir et à leurs proches d’abri, en dépit des promesses reçues par  les autorités locales et les différents responsables qui se sont succédé à la tête de la commune d’Oran et Es Senia,  et même la wilaya, ce qui les poussent à recourir à la protestation pour exiger leurs droits avant qu’une catastrophe ne se produise et qui peut avoir des conséquences désastreuses, surtout que la saison d’hiver s’approche à grand pas. A cet égard, l’un des résidents a indiqué que les habitants souffrent terriblement, surtout en hiver, où il leur est difficile de se déplacer pour aller au travail ou à l’école pour les enfants, sans compter les fuites d'eau dans les chambres et les fissures causées par les averses, et ce qui fait aggraver les choses, sont les interruptions fréquentes de l'électricité qui provoquent souvent beaucoup de dommages aux appareils électroménagers et aux appareils électriques. Dans le même contexte, un autre citoyen parmi les résidents du quartier 207, a indiqué que la question qu'ils se posent depuis plusieurs années est : Cette situation restera-t-elle éternellement ? Et que sera leur sort ? En notant qu'ils ont passé deux mois sans eau potable et que cette source vitale ne visite que rarement leurs robinets, en dépit des promesses avancées par les responsables aux habitants pour leur offrir un logement décent, mais rien de concret n’a été réalisé, alors que la plupart d'entre eux possèdent un reçu de dépôt d’une demande de logement social depuis des années, mais en vain. Un autre habitant a déclaré que la situation est invivable, surtout avec l'arrivée de l'hiver, des pluies et des rafales de vents, où certains habitants passent des nuits cauchemardesques, ce qui aura des répercussions sur le psychisme des enfants, les femmes et les personnes âgées, en particulier les malades chroniques, et que leur existence s’est compliquée à cause du problème du logement. Dans ce même contexte, d'autres résidents ont demandé l'intervention immédiate des autorités concernées, alors que d'autres ont menacé de protester à nouveau, devant le siège de la daïra et de la commune et même de la wilaya,  pour exiger leur droit au logement, en particulier que l'hiver pointe à l’horizon.                       

Touffik
Mardi 3 Novembre 2015 - 16:51
Lu 217 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+