REFLEXION

AID EL KEBIR : La bête du sacrifice à des prix "bas"



Les nombreux marchés hebdomadaires de bétail de la wilaya de Djelfa sont, ces jours-ci, le théâtre d'une activité commerciale précoce, faite d'une quête effrénée pour l'acquisition de bêtes pour la fête du sacrifice, aiguisée, il est vrai, par une importante offre de moutons, proposés à des prix "quasi- bas", a constaté l'APS sur place. A titre indicatif, le mouton d'une année, appelé localement "Allouche" est cédé dans une fourchette allant de 15 à 25.000 da, tandis que le "Theni" (ne dépassant pas deux (2)  ans) est  proposé entre 25 et 35.000 da,  contre des prix allant de 35 à 45.000 l'année  dernière. Quant au prix d'un bélier cornu, il varie, cette année, entre 45 et 55.000 da, alors qu'il n'était jamais cédé à moins de 50.000 da, durant les Aïds  précédents, atteignant des pics de 65 à 70.000 da, certaines saisons.  Ces prix en baisse ont dessiné une joie "incontestable" sur tous les visages des citoyens ayant convergé, ces jours ci, vers les marchés à bestiaux de Djelfa. Tous sont unanimes à décréter, que les prix  proposés pour les bêtes sont "satisfaisants" et qu'il s'agit d'"une opportunité à ne pas rater, sous aucun prétexte". Nombreux d'entre eux ont été même jusqu'à affirmer que les "prix sont quasi à la portée de tous", et que "chaque famille est en mesure de s'offrir, cette année, une bête pour le sacrifice, sans pour autant mettre à mal son budget". Cette joie des citoyens est aux antipodes du désespoir qui s'est emparé des maquignons, "contraints malgré eux" à vendre leur bétail à de bas prix, au vu de l'offre abondante, se plaignent-ils. L'opportunité constitue, également, une occasion en or pour les vendeurs saisonniers et autres intermédiaires, en vue de faire main basse sur le marché pour ensuite contrôler la bourse des prix, et faire monter la marge de leurs gains, à la vieille de la fête du sacrifice. En effet, selon les spécialistes du domaine, les prix enregistrés, actuellement, au niveau des marchés de Hassi Bahbah, Djelfa, El Birine, Messaâd, Dar Echioukh, Ain Roumia "reflètent on ne peut mieux le contrôle exercé, par les vendeurs saisonniers, sur le marché  local, ceci ajouté à une évidente abondance de l'offre, pour cette année". Toujours selon les professionnels du domaine, les maquignons, les vrais s'entend, sont en droit d'être au désespoir, devant cette baisse des prix, car ils demeurent le "maillon faible" de l'opération. En effet, les éleveurs s'emploient durant des mois à préparer leurs bêtes, au prix de grands efforts, conjugués à la cherté des prix des fourrages requis afin d'obtenir de bonnes bêtes, pour au final avoir droit à "une marche de gain minime", assurent- ils, totalement à l'opposé de celle  acquise par les intermédiaires, qui est le "triple de la notre si ce n'est plus", ont affirmé des éleveurs à l'APS.

Ismain
Samedi 27 Août 2016 - 17:40
Lu 359 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+