REFLEXION

AGRICULTURE, TOURISME, SANTE, LOGEMENT ET INVESTISSEMENT : Le wali de Mascara nous dit tout

M. El Affani Salah, wali de Mascara dans un entretien à notre journal revient sur le développement de la wilaya et dévoile sa feuille de route relative aux grands axes du développement de la wilaya, jugés importants pour le ‘’décollage’’ de la croissance de la ville natale de l’Emir Abdelkader. L’agriculture, le tourisme et l’investissement, trois secteurs vitaux pour l’indépendance financière de la wilaya et la solution de l’après pétrole pour Mascara.



Monsieur El Affani Salah, wali de Mascara qui mène, depuis son installation à la tête de la wilaya de Mascara, d'une main de maitre le développement de Mascara, une wilaya incontournable dans le domaine agricole et touristique, veut faire plus, redonner une place à Mascara dans le domaine de l’investissement pour booster les finances et créer des postes d’emploi. D’un air très sage et modeste, il répond à toutes nos questions avec calme et maitrise des dossiers sans être assisté par ses collaborateurs ou d’autres documents. Un savoir-faire et une excellente mémoire:   
Réflexion : Quelles sont vos priorités dans le secteur agricole ?
Le wali de Mascara : L’agriculture à Mascara a tendance à se développer dans cette région aux grandes potentialités de développement, par la disponibilité de certaines ressources importantes et l'existence de plaines à fortes potentialités favorables au développement des cultures. En ce sens, je souligne que le secteur de l’agriculture dans la wilaya a fait un grand pas, dernièrement et ce, grâce à la stratégie de l’Etat qui a donné une très grande importance à ce secteur. Le premier ministre lors de sa visite à Mascara a encouragé ce secteur très bénéfique et favorable pour l’avenir de Mascara et de tout le pays. En matière de surfaces irriguées créées, j’ajoute que l’extension a touché quatre régions, à savoir Sig qui a bénéficié d’un montant de 4, 5 milliards de dinars pour l’extension de 4500 à 7000 hectares. 18 milliards également ont été débloqués pour la région de Habra, spécialisée dans les agrumes et les récoltes saisonnières pour une superficie allant de 3000, à 10000 hectares. Quant à la commune de Ghriss, elle a bénéficié de 3000 milliards où une superficie de 1000 hectares a été retenue pour l’extension agricole, et qui atteindra 2000 hectares en 2017 et 5000 Ha en 2019, et Kechouta en matière de surface irriguée, et cela bien sûr permettra la création de plusieurs postes de travail. Actuellement, le secteur agricole emploie près de 120 000 personnes, un chiffre qui a tendance à augmenter atteignant à l’avenir le nombre de plus de 200 000 emplois. Toutes ces initiatives sont bénéfiques pour les communes en matière de rendements financiers. Je précise que des zones d’activité industrielle ont été créées à travers les communes de la wilaya pour l’amélioration des rendements financiers, et la création de l’emploi et de la main d’œuvre au niveau des communes et régions éloignées vivant grâce au soutien de l’Etat en raison de leur déficit financier. Pour réaliser des rendements, les communes doivent changer leur stratégie en matière de gestion et améliorer la fiscalité.
Le tourisme, cet autre secteur à exploiter est d’une importance capitale pour la wilaya, qu’en pensez-vous ?
Mascara, la ville de l’Emir Abdelkader, est une zone touristique par excellence, nous tenons à préciser que cette wilaya doit investir dans le tourisme religieux et patrimonial, vu la renommée de la légende de l’Emir Abdelkader dans le monde entier voir même aux Etats-Unis ou tout un village américain a pris son nom. De ce fait, nous avons encouragé la confrérie religieuse quadiriyya ‘’zaouia de l’Emir Abdelkader ‘’ de s’ouvrir sur le monde et d’investir dans le tourisme religieux pour exhiber son patrimoine historique au-delà de la méditerranée.
Mascara renferme, entre autres, des potentialités qui pourraient faire d’elle un pôle touristique National et International, elle dispose de sites naturels, culturels, une riche histoire, des sources thermales qui peuvent lui permettre de développer plusieurs types de tourisme à la fois. Le tourisme culturel, le tourisme Thermale, le tourisme climatique, le tourisme d’affaires et même le tourisme sportif et de loisirs. Toutes ces potentialités font d’elle une destination privilégiée des touristes venus de l’intérieur et de l’extérieur du pays. Dans ce contexte, j’ajoute que les autorités locales travaillent en coordination avec le bureau international d’études, un travail technique est en cours pour développer ce secteur qui est en léthargie, en recensant les potentialités culturelles et touristiques de la wilaya. Toujours dans ce chapitre touristique, je précise que des études sont en cours conjointement avec un bureau espagnol, pour l’aménagement de la station thermale de Bou Hanifia.     
En matière d’investissements, quelle est la situation ?
Plus de 500 dossiers ont été étudiés dans le cadre des nouvelles mesures de l’investissement, dans les zones d’activité existantes et celles qui ont été créées dernièrement. Les projets choisis, sont les grands projets structurants, ayant une grande importance ; à savoir : plus de 27 dossiers ont été approuvés et ont bénéficié de permis de construction, dans les zones d’activités de Sig 2, Mohammadia, Sidi Kada , Tighennif, Oued El Abtal, et autres. Nous encourageons l’investissement relatif au domaine agricole, du fait que notre wilaya est une région agricole où il faut associer l’agriculture à l’industrie de transformation pour encourager le fellah.
Pouvez-vous nous donner un aperçu sur le secteur de la santé ?
Ce secteur, quant à lui, a connu un progrès et ce par la réalisation de plusieurs structures de santé comme les centres de santé dans les régions éloignées, l’ouverture d’une maternité de 60 lits, dotée d’équipements modernes. Pour le service des urgences médicales à Sig qui est en cours de réalisation, sera réceptionné vers la fin de l’année en cours, l’hôpital de Bouhanifia de 120 lits qui est dans la phase des dernières retouches, sera réceptionné lors du deuxième semestre de cette année 2016. Pour l’amélioration des prestations au niveau des services des urgences médicales dont la réception et l’accueil, où il a été enregistré plusieurs problèmes auparavant, un grand changement a été constaté à ce niveau et ce, grâce aux réunions, visites, inspections et instructions données, pour le bien du citoyen qui est devenu un acteur dans la prise des décisions.  À cet effet, la société civile doit contribuer à la prise des décisions. Dans ce cadre, un programme a été mis en place consistant en la formation et la sensibilisation des associations, pour être informées des problèmes que rencontrent les administrations, afin de trouver  ensemble des solutions.  Nous voulons approcher le citoyen de l’administration, pour qu’il contribue au développement local.
On arrive au dossier du logement, êtes-vous satisfait ?
Le logement, cet autre secteur qui est l’une des principales revendications des citoyens. Je précise que la wilaya de Mascara a bénéficié durant les trois derniers quinquennaux, plus de 30.000 unités de type logement social, 43.000 unités de logements ruraux et plus de 7000 unités de type ‘’promotionnel aidé’’ ». J’ajoute qu’au courant du premier semestre, nous avons entamé la réalisation de 3450 logements sociaux, et près de 8000 logements tous types confondus seront réalisés prochainement. Enfin, durant l’année 2016, plus de 10.000 unités de logements seront distribuées.
Le sport n’a-t-il pas progressé à Mascara ?
Le sport aussi a progressé dans la wilaya de Mascara, les résultats sont positifs. Une satisfaction pour les mascariens qui ont vu leur club de football ‘’ le Galia de Mascara, accéder en ligue 2, après 12 ans de souffrance dans la ligue Amateur. Sur ce sujet, nous insistons sur la formation sportive des jeunes, au niveau de toutes les communes, même celles éloignées »
Croyez-vous que la société civile peut devenir un partenaire dans le développement ?
Je parie sur la société civile pour propulser le développement de la wilaya. En effet, cette dernière joue un rôle considérable dans le développement durable, son rôle est primordial et demeure indispensable pour mettre en place une passerelle de communication entre les citoyens et les autorités. Les citoyens peuvent ainsi agirent en qualité de partenaires. Le rôle de la société civile dans le développement socio-économique, culturel et touristique est incontournable pour créer un climat de confiance, indispensable pour dissiper le retard occasionné par la démission de la société civile. Ainsi, j’ai donné des instructions pour faire participer la société civile dans tous les domaines en relation avec la gestion des secteurs de développement à savoir : la culture, le patrimoine, le sport, et le social. Une rencontre est attendue dans les jours qui viennent pour faire la mise au point sur ce sujet.

 

Belkacem
Mercredi 13 Juillet 2016 - 18:30
Lu 730 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+