REFLEXION

AGRESSIONS SEXUELLES : Aucune mesure contre les délinquants ?



Bon nombre d’enfants sont victimes d’agressions sexuelles. Sans faire de chaos, en silence, et du coup, les parents ignorent les souffrances de leurs enfants ou tentent d’étouffer le scandale qui d’ailleurs n’en est pas un. Selon une  enquête menée par une association qui nous a affirmé lors d’une rencontre qu’il existe  dans une commune de 18000 habitants de la wilaya d’Oran  un grand nombre de victimes de sévisses sexuelles  qui sont plus importants que celui traité par la justice. Difficile d’avoir des chiffres exacts. Souvent, les victimes subissent les abus en silence, et du coup, les parents ignorent les souffrances de leurs enfants ou tentent d’étouffer le scandale qui d’ailleurs n’en est pas un. C’est souvent les témoins qui font éclater le scandale. Plus grave encore, nous avons constaté qu’aucune mesure n’est prise contre les pédophiles une fois sortis de prison. Certains sont accueillis avec les honneurs, et tout sera mis pour les déculpabiliser. La victime devient l’accusée et le bourreau la victime dans une société qui a perdu ses repères. Durant ces dernières années, le tribunal de la commune citée n’a traité qu’une poignée de plaintes et a prononcé des condamnations de prison ferme. Le prédateur nie toujours son forfait sur des anges innocents. Des victimes devenues adultes (certaines sont devenues parents) tremblent à chaque rencontre avec leurs violeurs. Elles sont insultées par leurs amis et voisins à la moindre occasion. Elles souffrent sans broncher. Leurs comportements présentent des inquiétudes dans la société. «Les victimes ont honte de dénoncer le prédateur. Les tabous et le manque de communication avec les enfants ne permettent pas de dénoncer le bourreau», confie un universitaire. Cependant, un laisser-aller flagrant des différentes instances encourage les pédophiles à sévir de nouveau. Nous étions surpris d’apprendre qu’un pédophile condamné pour abus sexuel sur des fillettes, à sa sortie de prison,  a fréquenté de près des mineurs sans que personne ne s’inquiète. «Tout le monde est complice», peste un citoyen. Plus grave encore, il a été aidé légalement à s’approcher des enfants en lui offrant un emploi temporaire après avoir été licencié de son travail d’éducateur après sa condamnation. Un autre a pris une responsabilité dans une association auprès des enfants pendant plusieurs années, alors que la loi lui interdisait de s’approcher des enfants. Pourquoi un tel laxisme et pourquoi les pédophiles préfèrent travailler avec les enfants ou être proches d’eux ? «C’est l’instinct de sa pédophilie qui le pousse», affirme un jeune éducateur. Que font les services étatiques face à ces prédateurs ? Apparemment rien. Un constat amer qui fait craindre les parents.                                                                          

Medjadji. H
Dimanche 30 Décembre 2012 - 00:00
Lu 220 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+