REFLEXION

AGRESSION DU PATRIMOINE FORESTIER : La forêt en proie à toutes les convoitises

D'un riche et fort patrimoine forestier estimé à 32.800 hectares, dont 14.591 de pins, 5.992 ha d’eucalyptus, 2.894 ha de pins maritimes et 7.805 ha d’arbres forestiers variés, selon une évaluation remontant à l’année 2011,le massif forestier de Mostaganem reste malheureusement, une proie à toutes les convoitises par certains opportunistes qui l’exploitent à des fins de pâturages et autres si lucratives.



Finalement, rien ne semble échapper à certains opportunistes, de s’attaquer au massif forestier, les uns pour se chauffer n'hésitent pas à « décapiter » des arbres et à ramasser du bois à portée de la main, d’autres pour faire paitre leurs animaux domestiques ou braconner à perte de vue la faune qui y vit. A cet effet, plusieurs citoyens dénoncent ces agissements inciviques de ces prédateurs de tous bords qui ciblent les forêts. Certains autres de ces prédateurs, sous le prétexte de la production de miel, utilisent ces forêts à d'autres fins pour gagner beaucoup d'argent facile ! La situation du domaine forestier est alarmante à Mostaganem, de par le nombre sans cesse grandissant des multiples violations qui nuisent au patrimoine forestier, selon une source d'information de la conservation des forêts de la wilaya, voulant garder l'anonymat. Toujours d'après ce fonctionnaire forestier en question, des violations sont enregistrées quotidiennement, dont certaines sont traitées par les agents de la conservation des forêts. Par ailleurs, à ce sujet, ce dernier dénonce les habitations illicites érigées à travers certains fourrés, causant un préjudice énorme au patrimoine forestier, ainsi que le non-respect des délimitations de certaines assiettes des carrières qui touchent à ce domaine forestier. Toujours selon cette source, le laisser aller de certaines autorités, en l'occurrence certains élus qui ne lèvent pas le petit doigt pour mettre fin à ces agressions qui portent atteintes au domaine forestier. Notons par ailleurs, que par leur passivité, la flore et la faune sont détruites par le cheptel qui pénètre dans les pâturages de ces forêts sensées être protégées. Ces négligences de la part de certains concernés, contribuent indirectement à la destruction de troncs de jeunes arbustes qui, une fois séchés, sont récupérés par les bûcherons qui opèrent sans aucune impunité. Certes, la conservation des forêts a engagé des poursuites judiciaires et des mises en demeure à l'encontre des contrevenants qui ont été pris en flagrant délit, mais malheureusement  il est constaté que certaines collectivités locales ne cherchent point à s'impliquer dans cette lutte commune pour la sauvegarde du patrimoine forestier. Ce cadre forestier déplore également cette délivrance d'octroi de parcelles pour la création d'exploitations apicoles en bordure des massifs forestiers, qui finissent souvent par se transformer en habitations pour l'exercice de différentes activités qui n'ont rien à voir avec la production du miel !

L.Ammar
Mercredi 10 Mai 2017 - 21:27
Lu 571 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 19-11-2017.pdf
3.83 Mo - 18/11/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+