REFLEXION

AFFAIRES DE CORRUPTION, TENSIONS SOCIALES : Les partis silencieux face aux scandales de corruption



AFFAIRES DE CORRUPTION, TENSIONS SOCIALES : Les partis silencieux face aux scandales de corruption
Où sont les partis est l’opposition? La question un peu abrupte se pose légitimement alors que le pays vient de traverser un mois de janvier plus qu’animé. Les grèves à la SNVI à Rouiba, chez Arcelor Mittal à Annaba, celle des médecins et des enseignants, les scandales de corruption liés concernant l’autoroute et Sonatrach... les sujets n’ont pas manqué qui auraient pu ouvrir le débat politique et permettre aux partis de l’opposition d’être plus audibles après des mois de silence. Pourtant, les Algériens ne les ont pas entendus sur ces questions essentielles de l’emploi, de l’éducation et de la santé ou de la corruption qui préoccupent tant la population. Ce silence accentue le décalage qui se creuse chaque jour davantage entre les citoyens et leurs représentants alors que c’est en temps de crise, lorsque les réalités sociales montrent l’échec d’une politique de gouvernement que le besoin d’une parole opposante se fait sentir et que cette parole pourrait être entendue. L’opposition n’a pas su saisir le coche et cette absence de la scène politique reste inexplicable. Les seuls à s’être fait entendre sont le FNA et le RCD sur les affaires de corruption. Mais là encore, les propos sont généraux, les dénonciations de principe et visent toujours comme Moussa Touati hier « les règlements de comptes au sein du pouvoir », une rengaine mainte fois entendue et qui n’a plus de prise dans la population. D’autant que sur cette question des détournements d’argent, les Algériens sont depuis longtemps résignés devant le déroulé d’enquêtes qui visiblement n’iront pas jusqu’au bout de la recherche des responsables. Les protestations sur une justice à deux vitesses ne mobilisent plus. Quant aux autres partis, on ne les a pas entendus. Même un événement populaire comme la Coupe d’Afrique des Nations et le beau parcours des Verts ont pu être totalement exploité politiquement par le gouvernement.

Riad
Lundi 8 Février 2010 - 10:33
Lu 513 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+