REFLEXION

AFFAIRE SONATRACH –AVAL DE NOUVEAU DEVANT LE PRETOIRE : Le DG et le président de la commission se rejettent la balle



AFFAIRE SONATRACH –AVAL DE NOUVEAU DEVANT LE PRETOIRE : Le DG et le président de la commission se rejettent la balle
De nouveau devant la justice, en appel cette fois-ci, l’affaire Sonatrach activité AVAL, a été rejugée par un tribunal autrement composé et le verdict mis en délibération. Mais, à en juger par le réquisitoire du procureur général et les peines réclamées, on pourrait déjà préjuger de l’issue qui sera autrement plus dure que lors du procès précédent. Le représentant du ministère public a, en effet, demandé le maintien des peines, à savoir 3 ans de prison ferme pour le directeur, et l’annulation des relaxes accordées aux autres accusés. Pour rappel, l’affaire qui a fait couler beaucoup d’encre porte sur des anomalies signalées dans une opération d’achat de produits de bureautique entamée en octobre 2009 à travers un avis d’appel d’offres auquel les soumissionnaires devaient répondre impérativement le 8 du mois de novembre suivant, dernier délai. Selon les enquêteurs, les marchés conclus avec deux soumissionnaires - plus de 12 millions de dinars pour la première et plus de 8 millions de dinars pour la deuxième - étaient entachés d’irrégularités en dépit du fait que les soumissions aient été approuvées en été. En dépit de l’approbation de la commission ad hoc, les enquêteurs ont relevé que deux marchés avaient été attribués à un seul et unique fournisseur. Les deux fournisseurs auraient été ajoutés sur intervention du directeur général auprès du président de la commission des marchés, avait-on affirmé lors de l’instruction menée par le magistrat chargé de l’affaire. Devant le tribunal, le directeur général, accusé principal dans cette affaire, a nié en bloc tous les faits qui lui étaient reprochés. Soutenant fermement que les deux fournisseurs en question ont été retenus en toute légalité, après leurs recours introduits auprès de la dite commission des marchés. Interrogé à son tour, le président de la commission a tenu mordicus que le directeur général avait bien recommandé les deux sociétés. Dans son intervention, le procureur général a demandé le maintien pur et simple du premier jugement et l’annulation des acquittements prononcés au profit des autres accusés. Après avoir constaté que le directeur général et le président de la commission concernée se sont mutuellement rejeté la balle, le tribunal a mis le jugement en délibéré pour la semaine prochaine.

L. Islam
Mercredi 3 Novembre 2010 - 00:01
Lu 462 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+