REFLEXION

AFFAIRE FEGHOULI : CHUTE DU DERNIER RESPONSABLE DE L'EQUIPE KHELIL : Safir a obtenu un contrat de 16,5 millions de dollars de gré-à-gré...

La mise sous mandat de dépôt lundi 20 décembre de l’ex-PDG par intérim de Sonatrach, Abdelhafid Feghouli, a été précédée de plusieurs enquêtes préliminaires dirigées par le DRS autour de certains contrats signés sous la direction de M. Feghouli.



AFFAIRE FEGHOULI : CHUTE DU DERNIER RESPONSABLE DE L'EQUIPE KHELIL : Safir a obtenu un contrat de 16,5 millions de dollars de gré-à-gré...

Selon nos informations, celui-ci a été entendu, à plusieurs reprises, par des agents du DRS, entre le printemps et l’automne 2010.L’ex-PDG par intérim de Sonatrach, Abdelhafid Feghouli, nommé à la direction de la compagnie Tassili Airlines en mai 2010, a été auditionné par les enquêteurs du DRS dans le cadre d’une enquête sur les activités de la joint venture algéro-française Safir Spa ainsi que dans le cadre d’autres enquêtes concernant les marchés obtenus par la société pétrolière italienne Saïpem. Mais l’intérêt des officiers des services de renseignements algériens portait également sur l’organisation de la 16ème conférence internationale du gaz naturel liquéfié (GNL16) qui s’est tenue à Oran au mois d’avril dernier, conférence dont Feghouli assurait depuis 2009 la présidence du comité d'organisation.Selon plusieurs sources concordantes, Abdelhafid Feghouli a été auditionné, au moins, à trois reprises. La première remonte au mois de mai 2010, la seconde est intervenue au début du mois de juin et la dernière au début du mois d’octobre dernier. Les officiers des services de renseignements investiguaient notamment autour d’un contrat de gré à gré signé le 3 octobre 2007 entre Sonatrach et Safir SPA pour la réalisation d’un centre de stockage et de conditionnement de l’Azote dans la plate forme industrielle d’Arzew.

Safir a obtenu un contrat de 16,5 millions de dollars de gré-à-gré....
La partie engineering et construction de ce marché a été confiée à Safir pour 662 millions de dinars (8,5 millions de dollars) alors que la partie approvisionnement est revenue à Sonatrach. Montant total du contrat : 16,5 millions de dollars. Le jour même de la signature, Feghouli affirmait ceci : «Nous avons confié la réalisation de ce projet à Safir, une société algéro-française spécialisée dans l’engineering et la construction. C’est le premier montage du genre. Nous comptons refaire ce genre d’opérations, c’est-à-dire confier aux filiales de Sonatrach des projets d’envergure. Nous voulons développer nos sociétés spécialisées ». Les enquêteurs ont donc cherché à savoir comment Sonatrach avait-elle décidé de passer outre la réglementation en vigueur pour confier ce gros contrat à Safir. Comment et pourquoi l’activité Aval dirigée par Abdelhafid Feghouli a-t-elle outrepassé la procédure d’appel d’offre via le BAOSEM, bulletin d’offres du secteur de l’Energie et des Mines, alors que rien ne justifiait le gré-à-gré, procédure d’urgence s’il en est ?

... puis bénéficié de deux conventions de 26,7 millions de dollars
Les soupçons de corruption et de malversations sont d’autant plus renforcés que ce contrat en date d’octobre 2007 n’est pas le premier du genre. En 2008, Sonatrach Aval et Safir ont signé une convention cadre d’un montant de 168 milliards de centimes (23 millions de dollars), ensuite une seconde convention avec la même joint venture pour un montant 27 milliards de centimes (3,7 millions de dollars), pour des prestations d’engineering et de services de projets.
Tout porte à croire que Safir Spa est devenue une sorte de BRC (Brown, Root-Condor) bis, du nom de cette société d’engineering algéro-américaine qui a obtenu une quarantaine de contrats de gré à gré avec Sonatrach et le ministère de la Défense avant d’être dissoute durant l’été 2007. Etrange coïncidence, l’introduction de Safir, créé en 1995, dans les champs d’activités de Sonatrach intervient moins de quatre mois après la dissolution de BRC. Mais les auditions de l’ex-PDG de Sonatrach ne touchaient pas uniquement aux activités Aval.
Les inspecteurs du DRS voulaient par ailleurs connaître le rôle joué par Feghouli dans la gestion des dépenses engagées lors des travaux de construction de la salle de conférence ainsi que celles engagées dans le cadre de cette conférence du gaz. A l’époque, M. Feghouli qui occupait les fonctions de vice-président de l’activité Aval depuis 2004, avait été interrogé en qualité de témoin dans ce dossier. Six cadres de la branche Aval de Sonatrach d’Oran avaient été auditionnés avant d’être placés sous mandat de dépôt.Les investigations autour de cette affaire remontaient au mois de mars dernier. Peu de temps avant l’ouverture de la conférence (18-19 avril), six cadres de la branche Aval de Sonatrach d’Oran avaient été auditionnés avant d’être placés sous mandat de dépôt. Leur incarcération faisait suite à l’ouverture d’une enquête judiciaire concernant une affaire de passation de marché en violation du code des marchés publics. Lors d’un point de presse tenu samedi 27 mars 2010 à Oran, Abdelhafid Feghouli estimait à quelque 500 millions d’euros les coûts de travaux engagés par Sonatrach pour la réalisation de ce projet. Un chiffre qui s’est avéré largement supérieur aux estimations fournies deux ans plutôt.

L'enveloppe consacré à la 16eme conférence du GNL passe de 350 à 500 millions d'euros
C’est qu’au cours du mois d’août 2008, des dirigeants de la branche Aval d’Oran dont Feghouli était le supérieur hiérarchique, avait annoncé que la compagnie pétrolière nationale allait investir 350 millions d’euros pour la réalisation du centre de Convention. Moins de deux ans plus tard, l’enveloppe a brusquement gonflé de 150 millions d’euros supplémentaires. Qu’est ce qui explique cette inflation ? C’est que les enquêteurs cherchaient à élucider lors des auditions de Feghouli à Alger ainsi qu’à Oran. Avec la mise en examen en janvier 2010 de l'état-major de Sonatrach, la fuite en Suisse de Réda Hemche, ancien éminence grise de Mohamed Méziane, Feghouli est l'un des derniers hommes clés du  du système mis en place autour de la compagnie pétrolière par Chakib Khelil au cours des dix dernières années.


Ismain
Vendredi 24 Décembre 2010 - 10:34
Lu 1178 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+