REFLEXION

AFFAIRE DU MAIRE DE BOUSMAÏL : Le tribunal décide une enquête complémentaire



AFFAIRE DU MAIRE DE BOUSMAÏL : Le tribunal décide une enquête complémentaire
Le tribunal de Cheraga à Alger, a décidé d’ouvrir une enquête complémentaire au sujet de l’affaire de l’ancien maire de Bousmaïl, A.M. accusé de malversation sur la conclusion des marchés, pour faire bénéficier illégalement autre postulant. Une affaire dont son poursuivi aussi 29 inculpés dont le maire adjoint, le président de la commission des affaires sociales, sportives et culturelles, le président de la commission des ouvertures des plis, le secrétaire général de l’APC , le vise président du service de l’urbanisme au niveau de la Daïra de Bousmaïl, le chargé du suivi des travaux de construction. Tous ces responsables sont poursuivis du délit de participation de conclusion de marché non-conformes, et attribution d’avantage illégalement. Par ailleurs et dans le même contexte, le responsable du chantier de peinture et le magasinier de l’APC sont poursuivi pour dilapidation de fonds. Ainsi que la poursuite judiciaire à l’encontre de certains patrons d’entreprises de bitumage des routes et travaux publics, et enlèvement des ordures ainsi que des entrepreneurs et fournisseurs pour délit de conclusion de marchés avec des collectivités locales et relèvement illégal des coûts.Cette grande affaire, a été découverte par les investigateurs de la BEF de la Police judicaire de la sûreté de wilaya de Tipaza, suite à l’information parvenue, faisait état que certains responsables de l’APC de Bousmaïl à leurs tête, le Maire avaient acquis des conteneurs a des prix plus supérieurs, imaginaires à leurs prix réel sur le marché. En plus l’équipement du nouveau centre culturel a été fait à partir d’un fournisseur apparenté avec le vice président de l’APC. D’autre infos faisaient aussi état que l’APC verse des fonds concernant l’entretien de la décharge publique, pendant qu’elle disposait de tous les moyens techniques pour assurer ce travail et économiser la somme de 42 millions de centimes versés toutes les deux semaines à un privé. Devant, ce dossier tellement épineux, la justice a demandé, l’ouverture d’une enquête complémentaire pour bien déterminer les responsabilités et les auteurs réels avant de trancher. Affaire à suivre.

Ben Brik
Jeudi 20 Mai 2010 - 00:01
Lu 1088 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+