REFLEXION

AFFAIRE DES MOINES DE TIBHIRINE : La France refuse d'accueillir un déserteur de l’armée algérienne

Réfugié en Savoie, Mourad B. a vu sa demande d'asile rejetée. Le problème, c'est que l'homme ‘’témoin’’ qui a mis en cause l'armée algérienne dans l'affaire de l'assassinat des moines de Tibéhirine en 1996, n'a pas été en mesure de produire des explications personnalisées et convaincantes.



Un témoin mettant en cause l'armée algérienne dans l'assassinat en 1996 des moines de Tibéhirine, a vu sa demande d'asile en France rejetée. Mourad B., 34 ans, vit en Savoie. Il se présente comme un ex-agent des services secrets algériens. En janvier, il a été entendu à ce titre par le juge antiterroriste français Marc Trevidic. L'homme lui a expliqué avoir infiltré les rangs islamistes pour le compte des services algériens fin 2006-début 2007. Mais fin 2009, début 2010, il exprime le souhait d'arrêter de travailler pour les services. Un supérieur l'aurait alors prévenu "qu'on ne sortait pas de chez eux comme on y entrait". Dans sa décision, l'Ofpra argumente: "l'intéressé (...) n'a pas été en mesure de produire des explications personnalisées et convaincantes de nature à établir la réalité" de sa collaboration avec les services de renseignements algériens. "Concernant sa connaissance d'éléments gênants pour les autorités algériennes", il "n'apporte aucune précisions de nature à indiquer qu'il connait des éléments autres que ceux à caractère général ou accessibles par des sources publiques", poursuit l'office.

Riad
Vendredi 14 Août 2015 - 17:05
Lu 608 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+