REFLEXION

AFFAIRE DES 39 KILOS DE KIF DANS LE TABLEAU DE BORD DU « C3 » : 15 ans et la réclusion à vie pour les trafiquants



AFFAIRE DES 39 KILOS DE KIF DANS LE TABLEAU DE BORD DU « C3 » : 15 ans et la réclusion à vie pour les trafiquants
Les faits de l’affaire traitée avant- hier par le pôle pénal régional d’Oran remontent au mois de septembre 2008. Un véhicule de type « C3 » conduit par son propriétaire en compagnie d’un passager, est intercepté dans un barrage dressé par la gendarmerie à la sortie est de la ville de Maghnia. Ayant agi sur informations, les gendarmes n’ont pas été du tout surpris, en fouillant le véhicule, de découvrir une quantité de 39 kilos de kif traité dissimulée à l’intérieur du tableau de bord. Appelé à la barre, l’accusé, dénommé H.A., ex directeur de la CNAS de Maghnia, est revenu sur toutes les déclarations faites durant l’interrogatoire mené par les gendarmes et répétées à l’instruction. C’est tout un autre scénario que le mis en cause a développé devant la cour pour tenter de convaincre de son innocence dans cette affaire. Il a déclaré que la drogue avait été cachée dans propre véhicule, à son insu, par un certain Djamel Layoune, un ressortissant Marocain connu comme étant un trafiquant de drogue, actuellement en état de fuite, qui voulait lui acheter la voiture, et que celui-ci l’aurait conservé le temps de prendre une décision. Ce serait durant le temps demandé pour la réflexion que le prétendu acheteur a caché la drogue dans la voiture. Devant le tribunal l’accusé s’est présenté comme une malheureuse victime de manipulation. Mais les déclarations de l’accusé, totalement différentes de celles consignées dans le dossier entre les mains de la cour, ont été balayées par la présidente qui a rappelé que ce n’était pas la version des faits racontée par le mis en cause durant l’instruction de l’affaire. Que c’était sur la base de ses premières déclarations que les enquêteurs ont découvert, lors de la perquisition effectuée dans son propre domicile, une importante somme d’argent dont l’origine n’a pas été justifiée, et un produit gras destiné à enduire les barres de kif mises sous plastique pour neutraliser le flair des chiens renifleurs de drogue. Qu’il a aussi fourni certains détails ne pouvant être connus que des gens du milieu des trafiquants de drogue. Il avait même avoué avoir lui-même remis sa voiture au trafiquant marocain pour lui charger la marchandise devant être livrée à un certain H.D. à Oran à raison de 3.000 DA le kilo des l’arrivée à bon port. Un argent dont il avait besoin pour payer ses dettes, avait-il précisé. Selon les aveux faits durant toute l’enquête et devant le juge d’instruction, l’accusé ne pouvait clamer son innocence et affirmer avoir été manipulé par le trafiquant marocain. Il ne pouvait qu’être de connivence avec lui. Au cri « Votre honneur, je suis innocent ! » de l’ex directeur de la CNAS, la présidente de l’audience a répondu : «Mais vous avez reconnu les faits et donné des détails… » A l’issue de son réquisitoire, le procureur général a réclamé la prison à perpétuité pour les deux accusés. L’avocat commis d’office a plaidé l’innocence de son client dans cette affaire et demandé sa relaxe. Après délibérations, la cour criminelle a reconnu H.A. et H.D ; coupable de trafic de kif traité et les a condamné respectivement à 15 ans de réclusion criminelle et la perpétuité. Le second, actuellement en état de fuite, a été condamné par contumace.

L.Islam
Jeudi 21 Octobre 2010 - 00:01
Lu 344 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+