REFLEXION

AFFAIRE DE LA FAUSSE MONNAIE : Dix ans et six ans de réclusion criminelle



AFFAIRE DE LA FAUSSE MONNAIE : Dix ans et six ans de réclusion criminelle
Accusés de participation a l’émission et à la distribution de fausses monnaies, réprimés par l’article 198 alinéa 02 du code pénal. Les dénommés D. Bouabdellah, D. Hadj et D. Mourad, ont été jugés et condamnés à la peine de 06 ans de réclusion pour les deux premiers cités et 10 années de réclusion pour le troisième accusé, par le tribunal criminel, siégeant en son audience d’hier, lundi 11 octobre 2010, sous la présidence de M.Bettayeb Abdelaziz, assisté des conseillers Ster Berkia et Mokrane Améziane. Le secrétariat du greffe assuré par le greffier en chef Souag Houari. Quant au ministère public, il a été représenté par le substitut du procureur de la république, d’Ain Tedlès, Filali Mourad. Les faits, remontent à la date du mois de novembre 2007, lorsqu’un commerçant de Téléphones mobiles, a déclaré aux services de sécurité d’avoir été payé avec de faux billets de 500 DA. L’enquête diligentée en la circonstance, a permis à la police, d’appréhender les trois malfaiteurs, après avoir neutralisé D. Hadj en possession de 6.000 dinars, dont 4.000 dinars en faux billets. A la barre, D. Bouabdellah n’a cessé de se confondre dans ses déclarations, pour clamer son innocence. D. Hadj, déclara avoir eu la somme de 8.000 DA de faux billets, de la part de Bouabdellah et que pour la somme 1.000 DA blanchis, il percevra 300 DA. « Si j’ai agi de la sorte, c’est que j’étais dans l’extrême besoin », dira l’accusé, tout en implorant son indulgence au tribunal. «Certes j’ai commis une erreur, je demande des excuses ». Quant à D. Mourad, Boucher de profession dira, qu’au moment de régulariser les fournisseurs, « J’ai relevé une somme de 12.000 DA en faux billets ». « Vous êtes déjà condamné à la peine de 12 ans de réclusion », répliqua le président. « Oui » répondit l’accusé ! « Que faites, vous dans la vie ? », « Je suis boucher et je réalise 50 millions de centimes de chiffre d’affaire jour ». Lors des débats, le président Abdelaziz Bettayeb, n’a lésiné sur aucun détail, afin d’éclairer le tribunal. Le représentant du ministère public, Fodhil Mourad, lors d’un remarquable réquisitoire, où l’ensemble des éléments contenus dans le dossier ont été mis en évidence, requiert la peine de 12 années de réclusion criminelle, à l’encontre de B. Mourad et de 4 ans de prison ferme, pour D. Hadj et Bouabdellah, assortis de l’amende de 100 millions de centimes, pour les quatre accusés. Le collectif de la défense, plaidant coupable sollicite les circonstances atténuantes. A noter que les circonstances atténuantes, ont été rejetées par le tribunal, a l’encontre de D. Mourad récidiviste notoire. Il est à signaler que cette affaire a déjà été jugée en date du 09-06-2008, où les accusés ont écopé de quatre années de réclusion criminelle. Aujourd’hui elle revient devant le même tribunal criminel mais autrement composée, à la suite d’un pourvoi en cassation intenté par le ministère public.

S.A.A
Mardi 12 Octobre 2010 - 00:01
Lu 696 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+