REFLEXION

AFFAIRE DE L’ECOLE DE POLICE DE CHATEAU-NEUF : 3 ans de prison ferme pour le directeur de l’école

La Cour d’Alger a prononcé dans son audience de mercredi dernier, dans le cadre de l’affaire de l’école de police de Chateau-Neuf, plusieurs condamnations à l’encontre de l’ex-directeur de l’école et de plusieurs commissaires et officiers.



AFFAIRE DE L’ECOLE DE POLICE DE CHATEAU-NEUF : 3 ans de prison ferme pour le directeur de l’école


Ainsi l’ex-directeur de l’école en a écopé de trois ans de prison ferme, condamnation prononcée déjà en première instance avant d’interjeter appel. Toutes les condamnations prononcées en première instance par le tribunal de Sidi-M’hamed ont été maintenues par la Cour d’appel. Pas moins de 12 hauts fonctionnaires de police étaient impliqués dans cette affaire et à leur tête, l’ex-directeur de l’école de police de Château-Neuf. A la barre, le principal accusé en l’occurrence M. Mergoug D , ex-directeur de l’école, a maintenu ses déclarations faites au cours de l’enquête préliminaire et confirmées lors de son audition par le magistrat instructeur qui consistaient à mettre en exergue que toute cette affaire n’est qu’un complot et une machination fomentés de toute pièce contre sa personne et qu’il était le premier responsable à ordonner une enquête pour déterminer les responsabilités de chacun des suspects, seulement les investigations menées ont démontré d’une manière on ne peut plus claire, l’implication de ce responsable et dont la conviction du tribunal n’a laissé aucun doute sur le verdit prononcé à son encontre et ceux de ces 11 co-inculpés qui ont été condamnés pour la plupart à deux ans de prison ferme pour avoir falsifier les résultats de l’examen de promotion au grade de commissaires principaux en 2007.La Cour a également condamné le commissaire K.Abdelkader à un an de prison, du fait qu’il était postulant au grade supérieur dans le cadre de cet examen. L’affaire est tombée entre les mains de la justice suite à une lettre anonyme qui serait transmise par un l’un des stagiaires qui se considérait comme victime. Par ailleurs et selon l’arrêt de renvoi, l’ex-directeur de l’école était parfaitement au parfum de qui se tramait, lors des examens de 2007 et qu’il aurait sciemment apporté sa touche dans le gonflage des notes au profit de certains cadres examinés pour pouvoir accéder au grade supérieur.

Hocine
Samedi 31 Octobre 2009 - 10:46
Lu 915 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+