REFLEXION

AFFAIRE DE L’AUTOROUTE EST/OUEST : Amar Ghoul rejette toute accusation et considère “le dossier clos”

Amar Ghoul, dont le nom a fait cette semaine la pleine « une » du quotidien Djazair News qui a publié, mercredi 7 novembre 2012, les détails d’un document mettant en accusation ouvertement Amar Ghoul et d’autres responsables accusés d’avoir touché des pots-de-vin dans la passation des contrats avec les chinois pour la réalisation de l’autoroute Est/Ouest, passe à la contre offensive.



AFFAIRE DE L’AUTOROUTE EST/OUEST : Amar Ghoul rejette toute accusation et considère “le dossier clos”
Samedi sur la chaîne de télévision An Nahar, il a fait une déclaration à 20 heures 30 dans laquelle il s’et défendu contre les accusations portées contre lui, en pointant du doigt des parties qui veulent nuire à sa réputation tout en cherchant « derrière » à provoquer de la déstabilisation politique. Dimanche, le ministre des travaux publics a réuni les directeurs des travaux de wilaya. En fait une rencontre alibi juste pour marteler son message et clamer son innocence. Interrogé à nouveau par les journalistes qui l’ont accompagné, il réplique, presque sèchement que pour lui l’histoire de l’autoroute est une affaire classée. «Oui, je vous le dit pour moi, c’est un dossier classé!» a t-il martelé. Puis de rappeler sa déclaration faite la veille à la télévision En Nahar. «Ma déclaration sur ce sujet, je l’ai déjà faite. Et je vous le redis encore une fois : Pour moi, c’est un dossier classé. Je suis responsable et je connais mes prérogatives et celles des autres ; je parle des prérogatives de ces gens et de celles des instances compétentes à traiter cette affaire». Même s’il appartient à la justice de dire le droit dans cette affaire, on peut toutefois se demander comment le ministre du travail peut-il affirmer que l’affaire est classée alors qu’elle est toujours en instruction et que des personnes citées dans ce dossier de corruption sont en détention préventive et d’autres encore sous contrôle judiciaire. Et comme pour appuyer sa propre défense contre les accusations de malversations, Amar Ghoul a également profité de cette rencontre pour faire son propre bilan à la tête du ministère des travaux publics qu’il dirige depuis douze ans. Ne lésinant pas sur les qualificatifs, il juge qu’en termes de réalisations, ce qu’il a fait à la tête du département des travaux publics n’a pas d’égal dans la période allant de 1962 jusqu’à 2000. Le ministre rejette par ailleurs les accusations selon lesquelles le projet a enregistré un retard, notamment pour les structures annexes, comme les aires de repos, les stations services, les gares de péages. 

Réflexion
Mardi 13 Novembre 2012 - 00:00
Lu 568 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+