REFLEXION

ADRAR: Vacances ou déliquescence



En octroyant des vacances scolaires aux apprenants le législateur savait ce qu’il faisait. Une période de détente et non éreintante où il faut subir les cours de soutien et de rattrapage. Une formule qui n’a pas toujours fait ses preuves et qui mérite qu’on s’y attarde. Avons-nous pris le temps de poser la question à ces érudits de l’école? Bien sûr sur que non ! Ce que nous leur infligeons ne serait-il pas complètement obsolète et contraire aux limites et aux capacités des enfants ? Et le stresse des bancs d’école ? Avons- nous y pensé ? Nos élèves sont-ils réceptifs et coopératifs ? Sauf par crainte de sanctions et de réprimandes. Ils ont besoin de souffler, de respirer, de prendre du repos pour recharger leurs batteries et revenir après la trêve pleins d’enthousiasme et d’élan pour terminer l’année en beauté et préparer convenablement les examens de fin d’année. Ainsi l’anxieux se demande s’il est capable d’accomplir les tâches qu’on lui a confiées. La crainte de l’échec pourrait entraîner toute une série d’émotions négatives propos à la dépression. Est-ce que l’élève s’impliquera vraiment dans le déroulement du programme de rattrapage surtout cette trêve du printemps.

MC
Mardi 12 Avril 2011 - 11:38
Lu 290 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+