REFLEXION

ACHEVEE A 90% : La grande mosquée de Kheir-Eddine à la recherche de fonds

Si la concrétisation de la grande mosquée Al-Hussein-Ibn-Ali a vu un très bon avancement à hauteur de 90% du projet global grâce aux dons ayant participé à cette construction au cout avoisinant aujourd’hui les quelques 8 milliards, la finition totale peine quand même à se voir complètement achevée, maintenant que ce lieu de culte nécessite que quelques fonds.



Construite en plein centre du village au pied de l’avenue principale sur une ample superficie pour justement regrouper le maximum de fidèles, la mosquée Al-Hussein-Ibn-Ali s’avère encore exiguë à la prière de la joumouâa, en raison de l’inachèvement de la principale salle de prière située au premier étage qui fait office de la principale aile. Une incomplétude qui, en fait, ne renseigne pas sur une éventuelle âpreté des fidèles puisque ceux-là ont contribué à la majeure partie du cout de revient de ce lieu de culte avoisinant aujourd’hui les quelque 8 milliards de cts. A vrai dire, l’inachèvement renseigne d’après notre guide Hadj Mehieddine Abdelkader, président de l’association de la mosquée, sur tous les titanesques travaux et ses détails inhérents à ce masjid d’une superficie de 1.600 mètres carrés avec un R+1 doté de deux salles superposées de prière, d’une medersa, de salle d’ablutions, imposant minaret, coupole et même un logement pour l’imam. Pour sa part, monsieur Mehieddine Amor, autre membre du comité de cette grande mosquée de Kheir-Eddine, qui se rappelle de l’héritage de ce lieu alors encore à ses balbutiements, avance que les travaux sont presque finis maintenant que les maçons, après la pose de la dalle de sol, s’affairent à poser la faïence aux murs de la salle supérieure. Ajoutant qu’il ne reste pratiquement qu’une imposante porte à l’édifice qui selon le devis du menuisier est estimée à 120 millions de cts, outre la réfection et l’agrandissement de la salle d’ablutions ainsi que la fourniture de ses commodités sans oublier l’achat des lustres et de tapis. Ce qui n’est pas la mer à boire au cas où les dons et les bienfaisances de fidèles entre autres, convergent vers cette noble mission.

Ilies Benabdeslam
Lundi 4 Septembre 2017 - 18:25
Lu 408 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 20-09-2017.pdf
3.55 Mo - 19/09/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+