REFLEXION

ACHAACHA : Les déboires des assurés de la CNAS



La « CNAS », Caisse Nationale d’Assurance Sociale, est un symbole de la solidarité sociale. Tous les travailleurs sont dans l’obligation de cotiser pour bénéficier des services garantis par la caisse, et les cotisations sont déduites à la source. Dans ce cadre, elle est perçue en tant que vecteur de préservation et d’amélioration des services de protection des assurés en prenant en charge l’accès aux soins médicaux et le remboursement des frais relatifs. Or, loin des normes en matière de la qualité des services offerts aux assurés, ces derniers affichent souvent leur mécontentement et leur désarroi. En effet, les assurés de l’agence CNAS d’Achaâcha n’en finissent pas avec les difficultés quant au remboursement de leurs frais médicaux. Depuis la suppression des paiements au guichet et le système du mandatement, tous les remboursements se font désormais par virement au CCP ou au compte bancaire de l'assuré. Cette procédure a surtout un avantage indéniable pour l'assuré, celui de la rapidité. Or, Depuis quatre mois, les virements sont bloqués privant plusieurs centaines d’assurés de leurs droits. Les responsables de l’agence locale déclarent qu’ils ne sont pour rien dans cette affaire dans la mesure qu’ils assument leur rôle. Malgré un effectif amoindri et un nombre d’assurés de plus en plus croissant, leur travail est constamment à jour. Côté virement, le problème se pose au niveau de la recette locale d’Algérie Poste où le receveur refuse de prendre en charge l’opération de virement. Contacté, ce dernier nous déclare que le problème le dépasse puisque toutes les recettes de la wilaya ont reçu des instructions de ne pas prendre en charge les virements des agences CNAS en attendant l’application d’une nouvelle procédure. Dernièrement, une solution a été trouvée entre les deux directions de wilaya, CNAS et « Algérie Poste ». Elle consiste à procéder aux virements via un support électronique «disquette » et la recette principale de Mostaganem est la seule agence habilitée à prendre en charge les virements de la CNAS. Donc, c’est fini la ressaisie des données des bordereaux. Il est probable que les agences de la CNAS rencontrent des difficultés pour changer de mode et basculer vers une nouvelle méthode de travail. Entre les arguments des uns et des autres, l’assuré, devenu le dindon de la farce, continuera de payer l’incompatibilité qui régnait entre les deux institutions, censées être au service du citoyen. Dans l’expectative, les assurés sociaux prennent leur mal en patience toute en réclamant qu’une solution définitive soit établie pour mettre fin à leur calvaire.

Adda Abdelwahab
Mardi 3 Août 2010 - 11:35
Lu 723 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+