REFLEXION

ACCUSE DE DETOURNEMENT DE FONDS ET DE BIENS PUBLICS DU CAMP DE VACANCES D’OUREAH :

Le directeur du camp de vacances d’Ouréah se retrouve au milieu d’une situation délicate. Une lourde accusation. Démis de ses fonctions par le directeur de la jeunesse et des sports, l’ex-directeur du camp de vacances devrait verser la somme de près de 120 millions de cts, le montant estimé par l’inspection de la DJS qui correspond au prix des biens et équipements détournés de l’établissement. Seulement la question qui se pose, pourquoi la tutelle n’a pas alerté la police pour l’ouverture d’une enquête judiciaire au lieu de régler l’affaire à l’amiable ?



Selon une déclaration écrite  du gestionnaire financier du centre de vacances de Ouréah, dont le journal détient une copie, nous lisons, bien, que cet établissemnt est secoué par une sordide affaire liée à sa gestion. Le signataire parle d’un montant de 73.600 DA qui représente une part des recettes amassées par  l’établissement.Dans un autre contexte, une  commission d’inspection composée de deux inspecteurs déléguée par la direction générale, a établi officiellement  un rapport, accusant l’ex directeur de détournement de deniers et de biens publics. Le même rapport dénonce l’affectation du logement d’astreinte du centre à l’un des proches du directeur qui n’a aucune relation de travail avec le secteur de la jeunesse et des sports. Devant cet état de fait, le conseil de discipline de la DJS, convoqué par le bureau de la coordination des travailleurs du secteur de la jeunesse et des sports, relevant de l’UGTA, a statué sur le cas de l’ex directeur du centre, qui a été accusé de mauvaise gestion et de détournement de fonds et de biens publics. Les détails de cette affaire, selon le procès verbal de la réunion du bureau de la coordination et la déclaration sur l’honneur de M. Berkani Abdelkader, illustrent clairement les accusations portées à l’encontre de l’ex directeur. Ce dernier aurait omis, volontairement ou non, de remettre les recettes du centre de vacances, évaluées à 73 600 dinars,  au délégué des recettes auprès de l’ODEJ.  Par ailleurs, le bureau de la coordination des travailleurs du secteur de la jeunesse et des sports qui s’est réuni le 6 février dernier a contesté la gestion du camp de vacances par le directeur limogé et lui a demandé de restituer les clefs du logment de fonction au niveau du centre qui est occupé par l’un de ses proches . Aussi, il a été sommé d’expliquer la disparition de plusieurs matériels du centre, selon l’inventaire fait par la commission d’inspection. Enfin, on apprend, également, qu’un rapport détaillé a été adressé aux autorités concernées afin qu’elles prennent les dispositions qui s’imposent.

Ismail
Dimanche 10 Février 2013 - 10:01
Lu 543 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+