REFLEXION

ACCORD D’ALGER SUR LE CONFLIT INTER-MALIEN : Le Maroc accusé de vouloir saboter la paix

Comme si la complexité du dossier du conflit inter-malien n’était pas assez pesante, voilà que l’on apprend dans certains médias électroniques d’information tel «maliactu.net » que ‘’le Maroc mettrait son grain de sel dans la médiation algérienne’’. La source fait état d’un probable ‘’sabordage’’ des efforts d’une paix durable dans la République du Mali de la part du Maroc, se cachant derrière la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) qui n’a pas signé le document de paix issu de plus de huit mois de négociation.



En effet, l’auteur de l’article en question évoque des tractations en coulisses avec la probable complicité des États-Unis, afin de plonger le processus de paix d’Alger dans une impasse politique dangereuse ; « Il [le Maroc] joue de toute son influence pour traduire en échec les efforts de l’Algérie dans la recherche d’une issue politique à la crise malienne ». Il s’agit en effet d’un conflit très complexe à traiter et gérer où plusieurs acteurs maliens s’affrontent, malgré l’ébauche d’une solution à la crise, issue des pourparlers des derniers mois. La CMA entend prendre Tabankort. Mais avant, elle a demandé aux casques bleus présents à Tabankort de quitter les lieux pour éviter les dommages collatéraux. La source, avance encore : « le Maroc, dans un communiqué publié en début du mois, jugeait que le dossier malien est traité par l’Algérie de « manière opportuniste ». Sous-entendant que l’accord issu des huit mois de discussions est une solution « imposée », il exhortait alors à « une solution de compromis ». Une gravissime accusation, qui pourrait peser lourd dans les relations diplomatiques algéro-marocaines que l’on sait bien évidemment, loin d’être au beau fixe, entraînerait des conséquences politiques au-delà du prévisible. En prenant du recul sur cette «information » du site malien, l’on est presque dans l’obligation de se demander à qui profiterait ce sabordage diplomatique des efforts de recherche d’une paix durable et définitive dans le Nord Mali ? Pour enfoncer le clou, l’auteur de l’article publié sur le site maliactu.net n’y va pas de main morte en déclarant : « Le Mali, devenu un enjeu international après sa libération du joug djihadiste par l’ancien colonisateur est en réalité utilisé comme un pion », une affirmation qui ne verse pas dans le sens d’une résolution pacifique pour l’intérêt de la paix dans la région du Sahel.  Ce dernier, c’est-à-dire le Mali serait actuellement victime du déchirement et de la tension provoquée par le Maroc envers l’Algérie au sujet de la paix, issue du paraphe de l’accord   d’Alger, ce sont les groupes armés composant la coordination rebelle qui renouent chacun avec leur mentor respectif. « Ainsi, le HCUA  serait désormais disposé à suivre le plan de sortie de crise proposé par l’Algérie, pendant que le MNLA est plutôt partisan du boycott de la paix » conclut l’article d’analyse du site malien. Dans cette histoire, c’est le Conseil de sécurité qui pourrait éviter la dégradation de la situation sécuritaire au Mali.

AZZI S. Mohsen
Vendredi 17 Avril 2015 - 16:40
Lu 1410 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+