REFLEXION

ABUS DE CONFIANCE COMMIS AU PREJUDICE DU DG DE LA CIMENTERIE DE ZAHANA : Le procès de la femme de ménage voleuse reporté



Le procès du vol commis au préjudice du directeur général de la cimenterie de Zahana, ouvert jeudi dernier au tribunal de la cité Djamel Eddine d’Oran, a été reporté à une date ultérieure afin de pouvoir faire toute la lumière sur l’affaire, avec la présence effective de toutes les personnes concernées. S’agissant d’un flagrant délit de vol et d’abus de confiance, l’affaire aurait pu passer inaperçue, et traitée comme n’importe quelles autre affaire similaire qui passe quotidiennement devant les tribunaux de la région. Mais la personnalité de la victime, fils d’un ancien consul général français à Oran et représentant d’un important groupe industriel étranger, méritait que l’on accorde tout l’intérêt nécessaire. Tout a commencé le 1er août écoulé, lorsque le dénommé S.T. Philipe, 41 ans, est allé à la 16ème Sûreté d’Oran, porter plainte contre sa femme de ménage, pour vol commis dans son domicile situé dans l’avenue Cheikh Larbi Tébessi (ex- Loubet). La mise en cause, âgée d’une vingtaine d’année et originaire de la région d’Ain Témouchent, avait été recrutée à peine trois jours auparavant et bénéficié de l’hébergement à demeure. Profitant de l’absence de son employeur, elle n’a pas trouvé mieux que de faire main basse sur un certain nombre d’objets et une somme d’argent. Elle s’était servie comme si les objets lui appartenaient, sans se soucier des conséquences de son geste. Ce premier août 2010, donc, le maître des céans est sorti le matin, comme tous les jours, pour rejoindre son lieu de travail à Zahana. Quelques minutes plus tard, ce sont la maîtresse de maison et sa fille qui quittent les lieux, laissant la dénommée A.M.A. toute seule à l’intérieur de l’appartement. Celle-ci ne devait attendre que cela. De retour à leur maison, aux environs de 11 heures, la mère et la fille ont été surprises par l’absence de leur jeune employée, de même que plusieurs objets de valeur et d’une forte somme d’argent liquide. L’inventaire du butin fait à la police, portait sur 01 bague et 01 collier en plaqué-or, 600 euros et 5.500 dinars, en liquides, 01 caméscope numérique, 02 appareils photo de valeur, 02 i-phone, 02 appareils de jeux PlayStation ainsi que 03 téléphones mobiles. Devant cette situation, les soupçons ne pouvaient porter que sur la jeune femme de ménage qui a agi avec une naïveté pour le moins déconcertante. Le domicile de A.M.A. suspect n°1, localisé à Tamazougha, dans la wilaya d’Ain Témouchent, a fait l’objet d’une perquisition en règle, mais par les enquêteurs n’y avaient trouvé aucun des objets disparus signalés par les victimes. Alors qu’elle était activement recherchée par les éléments des services de sécurité, la mise en cause est venue, une quinzaine de jours plus tard, se livrer à la police. Entendue, elle avoua avoir dérobé tous les objets et les sommes d’argents énumérés dans le PV de la police. Elle déclara qu’elle avait échangé une partie des euros auprès d’un cambiste informel à Mdina Djida, comme il en existe des dizaines, avant de partir à Alger où elle a déclaré avoir échangé le reste des billets en devises étrangères. Concernant les appareils volés, elle a déclaré les avoir vendus à un marchand de téléphones portables. Ce dernier fut rapidement interpellé et accusé de recel, de même qu’un autre individu originaire d’Alger. Tout ce beau monde, actuellement en détention, sera jugé au cours d’une prochaine audience que décidera le tribunal lorsqu’il disposera de tous les éléments qu’il estimera nécessaires pour un traitement équitable de l’affaire.

L. Islam
Mardi 28 Septembre 2010 - 00:01
Lu 567 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+