REFLEXION

ABSENCE DE CONDUITE DES EAUX USEES AU VILLAGE DE RAMILA CHLEF : Les fosses septiques un danger pour les villageois ruraux



ABSENCE DE CONDUITE DES EAUX USEES AU VILLAGE DE RAMILA CHLEF : Les fosses septiques  un danger pour les villageois ruraux
Les habitants au nombre de 55O familles qui occupent un terrain privé au village de Ramlia relevant de la commune de Chlef se plaignent en interpellant les élus locaux. Ils soulèvent donc les mauvaises conditions de vie, voire le problème crucial et grandiose de la précarité et se trouvent confrontés à un manque de disponibilité totale de réseau des eaux usées qui les poussent de creuser des fosses septiques s’exposant ainsi au grand danger des différentes maladies qui peuvent nuire à leur vie et celle de leur enfants. Ces habitants ne peuvent plus donc admettre et supporter une telle vie par la force des choses complexe et insupportable. Les habitants de ce douar des plus anciens parmi ceux existants dans le chef lieu de la wilaya et selon les dires de certains habitants qu'ils sont donc carrément ignorés et oubliés par les autorités locales. Sachant que, le village en question ne se trouve pas loin de l'Aéroport International Aboubakr Belkaid de Chlef et mérite amplement un programme d'aménagement rural. Alors ce problème vécu quotidiennement, dure des années, depuis le séisme d'octobre 80 d'El-Asnam à l'époque aujourd'hui Chlef. Les fosses septiques enregistrent la présence d'insectes diptères (moustiques et autres) nuisibles qui font rage dans les quartiers du village et même dans les maisons. Tout cela est dû en l'absence des installations de conduite des eaux usées qui ont été laissés aux soins des villageois qui la seule issue, c’est de creuser des fosses septiques. Egalement, les quartiers qui dépendent du village de Ramlia sont dépourvus d'éclairage public pour plus de sécurité du village. Rappelons le set situé à 1000m de l'Aéroport International Aboubakr Belkaid et à sept kilomètres du chef lieu de la wilaya de Chlef , peu de misère, absence totale d'infrastructures éducatives, culturelles que sportives ,une seule école primaire insuffisante pour les enfants du douar qui sont donc obligés (e) de faire plusieurs kilomètre pour rejoindre afin d'étudier au centre ville de Chlef.

Aek Della
Jeudi 29 Juillet 2010 - 00:01
Lu 324 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+