REFLEXION

ABSENCE D’ECOLES DANS LES NOUVELLES CITES : Où seront scolarisés les élèves du primaire à Tissemsilt?

Pour cette année scolaire, le secteur de l’éducation de la wilaya de Tissemsilt n’a toujours pas trouvé de solutions aux problèmes qu’endurent les habitants de la cité des 400 logements situés à Ain Lorant à la sortie ouest de la ville de Tissemsilt.



Les renforcements visiblement dérisoires déployés par ce secteur n’ont pas chassé la peur des parents d’élèves qui est celle du problème de la bonne prise en charge. Les parents d’élèves de cette partie de la ville évoquent encore une fois et dès maintenant le spectre de la délocalisation vers d’autres écoles lointaines de la domiciliation des élèves, la surcharge des classes et la difficulté pour leurs enfants et élèves d’atteindre les résultats escomptés dans de telles conditions. Le retard accusé jusque-là dans la réception d’une école programmée pour la circonstance il y a plus d’une année rend la vie difficile et aux parents qui devront dès maintenant penser à trouver une école pour « caser » leurs enfants et pour les petits bambins qui devront parcourir des kilomètres quotidiennement pour rallier leurs écoles respectives. Ce même cas s’applique aussi sur les élèves de la nouvelle cité d’Ain El Bordj (Sidi Khelifa), le spectre est malheureusement toujours d’actualité, les parents affirment que les années passent, mais malheureusement, elles se ressemblent, le changement souhaité n’a pas eu lieu cette année et les solutions ne semblent pas venir à travers ces nouvelles structures promises puisqu’elles paraissent réellement insuffisantes. Le commun des habitants notamment les parents n’a pas apprécié l’état de la scolarisation au niveau de Ain-El-Bordj et le nouveau groupement d’habitation de Sidi Khelifa, le renforcement des structures reste encore insuffisant et l’on s’attend comme d’habitude à un scénario semblable à celui des années passées sinon pire, des exemples qui malheureusement reflètent encore une fois le problème du manque de structures scolaires au  niveau des nouvelles cités distribuées et les difficultés que rencontrent les élèves où une bonne partie d’entre eux est orientée dans des écoles primaires  très lointaines par  rapport à leurs domiciles respectifs. Une problématique qui n’a pas trouvé des solutions chez les décideurs qui à chaque fois font ressortir « une cause », une fois on parle de la défaillance des entreprises de réalisation, l’autre fois on parle d’une mauvaise étude d’évaluation de la part des services concernés mais en fin de compte, le résultat démontre clairement qu’aucune vraie stratégie n’a été adoptée pour finir une fois pour toute avec ces problèmes qui refont surface avec chaque rentrée scolaire. En somme, les indices prédisent que cette rentrée scolaire ne sera pas différente aux précédentes et malheureusement si la direction de l’éducation est pleinement impliquée dans cette situation, le rôle des associations des parents d’élèves et celui de la coordination de ces associations est pour beaucoup dans cette déplorable situation qui se répercute sur le résultat de leurs progénitures.

 

A. Ould El Hadri
Dimanche 30 Août 2015 - 17:51
Lu 141 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+