REFLEXION

ABDELKADER OUALI, MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS : L’homme qu’il faut à la place qu’il faut !

Abdelkader Ouali revient. Quelques mois après sa mise en retraite, à l’âge de 59 ans, le président Abdelaziz Bouteflika fait encore appel à lui pour renforcer la direction de sa campagne électorale. Le président Bouteflika réélu à la tête de l’Etat avec plus de 80 % de voix, Abdelkader Ouali, le deuxième architecte de la campagne présidentielle de Bouteflika, et resté toujours fidèle au président de la République, malgré que son nom n’ait pas été retenu dans l’ex-composante du gouvernement, Ouali, a gardé toujours l’esprit de militant pour l’Algérie et le programme du président de la République.



Mis en veille pendant plus d’une année, l’Algérie a encore besoin de lui et le président se souvient de son architecte à la campagne électorale et de son ex-wali qui servit l’Algérie au temps de la décennie noire. Ainsi, l’enfant prodige de Mostaganem, avec un cœur qui bat pour l’Algérie, se fait appeler encore une fois pour assurer le poste de ministre. Celui des travaux publics, un bon choix pour rationaliser les dépenses de cet énorme ministère qui gère des centaines de milliards alors que le pays est contraint d’achever le programme de la relance économique quels que soient les effets de la chute des prix du pétrole. L’homme est capable. Celui qui a géré des wilayas durant la période  la plus difficile en Algérie (les années 90) avec un budget ne dépassant pas les 3 milliards, assurant la sécurité interne du pays quand il était secrétaire général du ministère de l’intérieur, ne peut que donner raison au choix du président de la République pour préserver l’intérêt public et assurer une bonne gestion avec moins de frais. Commençant au bas de l’échelle,  chef de cabinet  de la wilaya de Bejaia, chef de daïra à Saida et Koléa, Conseiller d’études et de synthèse à la présidence de la République, wali de Tlemcen, d’Alger, de Sétif, de Tizi Ouzou, de Batna et secrétaire général du ministère de l’intérieur avant sa mise en retraite, ne trainant aucune casserole de scandale financier derrière lui , ce haut fonctionnaire a été la véritable cheville ouvrière du ministère de l’intérieur durant les deux décennies ( la décennie noire et la décennie blanche de Bouteflika ).  Il a assuré avec beaucoup de compétences et de savoir-faire les différentes élections. Pour terminer, Abdelkader Ouali a été nommé adjoint au Directeur de campagne du président Bouteflika.
 

Réflexion
Vendredi 15 Mai 2015 - 18:16
Lu 4821 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+