REFLEXION

A quand l’opération de relogement des 7300 familles à Oran ?



A quand l’opération de relogement des 7300 familles à Oran ?
En effet, il s’agit de plus de 3000 familles résidant au niveau des immeubles menaçant ruine, classés dans la zone rouge, au côté des 4300 familles de la zone des Planteurs et de Ras-El-Aïn, nous ajoutera notre même source. Ces personnes là sont en attente d’un nouveau logement rentrant dans le cadre des différents programmes sociaux appliqués par le président de la république, M.Abdelaziz Bouteflika, dans le but d’éradiquer l’habitat précaire, et qui a été lancé en 2007, suite à sa visite d’inspection et de travail au niveau de la capitale de l’Ouest, et qui a duré trois longues journées (du 30 juillet au 1er août). A cette époque là, le premier magistrat du pays avait ordonné à l’ex-wali d’Oran, Sekrane Tahar, de procéder à un recensement des familles qui occupaient les vieilles bâtisses, ainsi que ceux du quartier des Planteurs et de Ras-El-Aïn. L’opération de recensement a débuté, et en ce qui concerne les immeubles menaçant ruine, 07 secteurs urbains ont été retenus, à savoir Sidi El Houari, Sidi El Bachir, El Amir, El Hamri, Es Seddikia, El Makarri et El Badr, qui enregistrent une forte présence de vieux immeubles, qui datent de la période coloniale française et espagnole. Pour ce qui est des habitants des Planteurs et de Ras-El-Aïn, il a été question de 9000 familles qui ont été retenues pour bénéficier d’un nouveau logement social. Jusqu’à présent, 3000 familles, sur les 9000 des Planteurs et de Ras-El-Aïn ont été relogées, alors que le reste est toujours en attente depuis 2009, au côté des habitants des vieux immeubles. A maintes reprises, les opérations de recasement ont été reportées pour diverses raisons, dont la période des examens, les rentrées scolaires…, mais au fur et à mesure que les années passent, les habitants des Planteurs et de Ras-El-Aïn perdent patience, alors que ceux des 07 secteurs urbains et occupants des bâtisses menaçant ruine cours toujours le danger de mort, sachant que leurs immeubles continuent, de jour en jour, d’être ruinés, et des effondrements partiels et entiers sont quotidiennement enregistrés. Par ailleurs, et depuis l’installation du nouveau wali d’Oran, Abdelmalek Boudiaf, une seule opération de relogement a été programmée, mais annulée pour des raisons qui ne nous ont pas été communiquées, car cette opération était programmée avant le mois sacré du Ramadhan. On devra, donc, attendre soit les prochaines vacances scolaires ou bien les vacances estivales pour voir la joie des habitants des immeubles menaçants ruines et ceux des Planteurs et de Ras-El-Aïn, et éviter de perturber la scolarité de leurs enfants.

A.Yzidi
Lundi 26 Septembre 2011 - 23:04
Lu 604 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+