REFLEXION

A chacun son printemps arabe



LDepuis toujours l’on sait que le mot printemps évoque dans nos esprits, la plus belle saison de l’année. Elle ne doit véhiculer que du bonheur. Désormais on a décrété que les bouleversements que vivent certains pays arabes sont « le printemps arabe » et du coup la belle image se mêle aux flots de sang et aux cadavres. La mort que nous observons au quotidien sur nos écrans de télévisions se banalise. Certains cieux s’embrassent par les bombardements de la coalition qui semble t’il protège les civiles en tuant des civiles sous l’œil veillant de l’OTAN. Dans ce contexte macabre, l’union européenne n’a rien trouvé de mieux que d’insister sur la question de savoir si « l’Algérie est pour le départ du pouvoir de Maamar El kadhafi et de Bechar El Assad ou pas » lors de la 6ieme session du conseil d’association dédiée au printemps arabe qui a eu lieu le lundi dernier à Luxembourg. Pourquoi veut-on acculer l’Algérie au moment même ou certains matraquent via la presse ce qui serait une conspiration de Kadhafi sur l’Algérie et le souhait de ce dernier de créer un état de touareg au sud de l’Algérie ? L’Algérie est formelle : « elle ne s’ingérera pas dans les affaires internes des états, encore moins de ses voisins ». L’Algérie est occupée à construire son printemps à elle. Les algériens ont le mérite d’avoir entamé une démarche inédite dans ce contexte des profondes mutations que vivent les pays arabes. La démocratisation de la vie ne se fait pas forcément par les massacres et les bains de sang. L’Algérie le sait, elle qui a vécu une décennie sanglante de laquelle elle s’en est sortie grâce à un processus salutaire qui s’est appelé : concorde civile. Ainsi ; chacun conçoit son « printemps arabe » comme il l’entend. Chez nous ; l’heure est à la concertation et il y a lieu de dire que l’espoir est permis avec la mise en œuvre des réformes démocratiques, même boycottées par une certaine opposition. Pourtant l’élite a le devoir morale de s’impliquer et contribuer à la sortie de crise. C’est ce qui s’appellerait l’opposition agissante qui est interpellée avec toutes les forces vives de la nation pour élaborer une stratégie ayant pour objectif essentiel, la construction d’une société compétente dans tous les domaines de la vie sociale, politique etc.…, et donc l’investissement le plus rentable doit se faire sur la ressource humaine. C’est celle là qui portera le processus démocratique et civilisation et c’est avec une Algérie forte de ses hommes et femmes que l’on déjouera tous les enjeux malveillants et calculs politiques qui se trament dans la région et dans certains pays frères.

Alla.A
Lundi 27 Juin 2011 - 10:19
Lu 339 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+