REFLEXION

A LA VEILLE DU MATCH : Mostaganem sous la fièvre du mondial brésilien

A l'instar des autres villes du pays, la ville des mimosas n'a pu être épargnée par la fièvre du mondial brésilien qui semble déjà atteindre un pic sans égal .Partout, c'est la fête, l'emblème national orne les habitations et les véhicules, le tube "maak ya khadra" revient en force et se fredonne d'une rue à l'autre, et toute l'actualité locale ne tourne qu'autour du match décisif du 19 Novembre, et d'une victoire explosive !



Aucun quartier de la ville  ne parait pas apporter son soutien indéfectible au "onze national», sur les balcons, dans les magasins, aux marchés publics, c'est le "vert, blanc et rouge" qui flotte au vent, rappelant à ceux qui doutent de l'union algérienne, plus particulièrement à un certain roi délirant, que tous les Algériens sont fiers de l’être et tous unis pour la victoire éclatante de l’Algérie en football et  en tout autre domaine . Déjà, les contours d’une fête grandiose se dessinent depuis quelques jours déjà. Des défilés de véhicules et de motos, à coups de klaxon, se font entendre dès la tombée de nuit. Quant aux rues et les principaux boulevards, ils se sont parés d’emblèmes aux couleurs de l’équipe nationale, les posters de joueurs sont placardés sur les devantures des magasins et ornent les murs des cafétérias. Ainsi, toutes  les causeries et autres discussions paraissent aller  bon train dans tous les coins et recoins de la ville et ne portent que sur le match et les joueurs. La vie des éléments de l'équipe nationale est passée au peigne fin, le parcours de chacun est commenté de A à Z. Alors que l’entraîneur Halilhodzic est porté aux nues, et certains lui attribuent tant de bonnes qualités de coach. En ce qui concerne le commerce que génère une telle joie footballistique, il bat son plein et semble être si juteux pour les commerçants. Beaucoup de magasins proposent des casquettes, des parapluies, des foulards et des drapeaux de toutes tailles. Ces derniers sont cédés à des prix variant entre 150 à 800 dinars,  se vendent comme des petits pains. Les citoyens, presque tous amoureux de l’équipe nationale  ne lésinent pas sur les moyens pour acquérir un de ces objets très prisés, ces jours-ci. Mostaganem semble se mettre déjà à l'heure du match décisif et tient à l'afficher sans retenir !

L.AMMAR
Dimanche 17 Novembre 2013 - 17:22
Lu 231 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+