REFLEXION

A LA VEILLE D’UNE VISITE PRESIDENTIELLE : Le spectre de Tiaret ne plane t-il pas à Relizane ?

La ville de Relizane est en train de se métamorphoser, elle est plongée en plein chantier, c’est tout le centre urbain qui est chamboulé, seulement est-ce réellement une nécessité absolue ? Surtout lorsque l’on sait que ces travaux n’interviennent que dans le cadre bien précis, celui de la préparation de la visite présidentielle qui serait imminente selon certaines informations.



A LA VEILLE D’UNE VISITE PRESIDENTIELLE : Le spectre de Tiaret ne plane t-il pas à Relizane ?
Les travaux d’avancement, à titre non exhaustif, sont estimés pour la majorité des chantiers à plus de 70 %, mais pour le citoyen relizanais, ceci reste en deçà de ses aspirations légitimes. Aujourd’hui et de l’avis de tous les citoyens ne souhaitent pas que leur ville soit la proie de spéculateurs et autres opportunistes, raflant tous les projets pour une qualité de travail médiocre, qui verrait plus tard l’argent de l’Etat parti en fumée sans résultats sur le terrain à l’image de ce qui s’est passé dans certaines wilayas où des sommes faramineuses, à coût de milliards de dinars, ont été dégagées pour l’embellissent des villes et justement à la veille des visites effectuées par le président de la République, question d’être au top le jour « J » et qui se sont avérés finalement que du bricolage et du travail bâclé. En effet, ce qui s’est passé dans la wilaya de Tiaret en est l’exemple édifiant, plus de 17 milliards dépensés sans qu’il y ait de résultats concrets en contrepartie ; l’affaire a défrayé la chronique par l’inculpation et la condamnation de plusieurs responsables dont l’ex-chef de la daïra de Tiaret, l’ex-président de l’APC et plusieurs de ses élus. Car aujourd’hui il est devenu un lieu commun de dire que nos villes sont un immense chantier dont la mise en œuvre génère des enjeux de développement colossaux, dont la wilaya de Relizane en fait partie. Ce qui est à priori, revendiqué par les citoyens, c’est le contrôle de la qualité du travail entrepris, le suivi des travaux par des bureaux d’études honnêtes, assermentés et compétents. Souvent des travaux, sont attribués à des entreprises par des passes droits, le favoritisme et le clientélisme au détriment de la qualification technique de celles-ci. Notamment ce qui est appelé communément chez les entrepreneurs dans leur largo « Les gaufrettes », c'est-à-dire des travaux d’aménagement, murs de clôture, espaces verts et tout ce qui a trait à l’embellissement, qui ne nécessite pas de grands moyens techniques, matériels ou humains mais qui s’avère plus rentable que les gros œuvres. Si, aujourd’hui Relizane est en pleine effervescence en matière d’aménagement, cette situation n’a pas été sans créer d’autres problèmes, plus particulièrement en matière de circulation urbaine, où les embouteillages commencent à se faire sentir dès 9 heures du matin, pour voir la cadence retomber aux environs de midi et de reprendre une heure après. Le climat est devenu infernal et insupportable, surtout avec cette canicule dont Relizane en a la réputation. L’urbanisation et les différents aménagements entamés cette année, seront certes d’un apport considérable en matière de développement local, mais reste à vérifier et contrôler le respect des normes en vigueur en matière de construction. Avec le nouveau siège de la wilaya, en cours de réalisation à la cité Intissar ex-Mont Viso, la dynamique a tendance à être transférée vers la partie Ouest de la ville.

Hocine
Lundi 17 Mai 2010 - 09:57
Lu 544 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+