REFLEXION

A LA VEILLE D'UNE RENTREE SOCIALE QUI S'ANNONCE DIFFICILE : Le gouvernement reconduit le dispositif de soutien des prix du sucre et de l’huile



Le dispositif de suspension des droits de douane et de TVA à l’importation sur les huiles brutes destinées à la consommation humaine et les sucres blanc et roux est reconduit jusqu’au 31 décembre 2011, selon un document de la direction générale des Douanes. Initialement, l’exonération de taxes à l’importation sur ces deux produits, instaurée après les émeutes de janvier dernier, devait expirer le 31 août prochain. En janvier 2011, le gouvernement a décidé de plafonner les prix du sucre et de l’huile respectivement à 90 dinars le kilogramme et à 600 dinars le bidon de 5 litres, après une hausse soudaine des prix de ces produits. Cette hausse avait provoqué des émeutes sanglantes qui ont fait plusieurs morts à travers le pays. Le gouvernement s’était engagé à rembourser aux opérateurs économiques, producteurs et importateurs, la différence entre les prix plafonnés et les prix réels du marché. Il a également décidé de plafonner les marges bénéficiaires à la production et à la distribution sur ces deux produits de large consommation. La mesure d’exonération des droits de douane et de la TVA sur les huiles brutes et les sucres blanc et roux a suscité des critiques de la part des économistes qui ont accusé le gouvernement de céder à la pression des importateurs, grands bénéficiaires de la suppression des taxes à l’importation du sucre blanc. La reconduction de ce dispositif intervient à la veille d’une rentrée sociale qui s’annonce difficile. Elle signifie aussi que les autorités redoutent la répétition du scénario du début de l’année en cours : une hausse soudaine des prix de ces produits et des émeutes qui risquent d’embraser à nouveau le pays dans un contexte politique local et régional tendu. Le vent de révolte souffle toujours sur le monde arabe. Il vient d’emporter Mouamar Kadhafi, troisième dictateur arabe à tomber, après Ben Ali en Tunisie et Moubarak en Égypte. Au plan national, le pouvoir fragilisé par une crise politique sans précédent cherche à tout prix à se maintenir à la tête du pays. Il est prêt à toutes les concessions pour calmer le front social.

Réflexion
Lundi 29 Août 2011 - 11:05
Lu 338 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+