REFLEXION

A LA SURPRISE DES ALGERIENS : Hausse inattendue des prix des produits laitiers

Tout porte à croire que l’année 2014 s’annonce plus ou moins chaude alors que l’on sort de l’année 2013, saignés à blanc par les différentes hausses des prix à tous les niveaux poussant le citoyen à vivre difficilement pour joindre les deux bouts. Cependant, le calvaire du citoyen n’est pas pour autant terminé car il devra lutter pour subvenir en face de cette nouvelle hausse du prix des produits laitiers à savoir que le lait, le lait pasteurisé frôle les 100 DA la boite d’un litre alors qu’il était cédé auparavant entre 75 et 85 dinars. A qui la faute ?



Il y a lieu de s’interroger si effectivement il existe une direction de contrôle des prix car lorsque l’on analyse la situation de près, le citoyen se croit comme dans une auberge espagnole où chacun fait ce qu’il veut car dans la vie quotidienne, le citoyen est à la merci de  certains épiciers  cèdent le lait à 90 DA, d’autres à 95 DA. Au moment où d’autres qui n’ont pas encore écoulé leurs anciens stocks continuent à le commercialiser à 75 voire 80 DA. Même le lait en poudre, en boîte de 500 gr est passé de 280 DA à 320DA. Seul le lait en sachet subventionné par l’État n’a pas subi d’augmentation. Mais ce produit a connu une certaine pénurie durant les trois premiers jours de la nouvelle année de l’avis de nombreux commerçants. L’explication est simple : de nombreux Algériens se sont rabattus sur ce produit en raison de la nouvelle hausse du lait pasteurisé de longue conservation en attendant que les choses deviennent claires au sujet de cette augmentation surprise. Comme conséquence de cette augmentation, les prix des produits faits à base de lait ont été également revus à la hausse. Et les  yaourts en premier lieu. En effet, ce produit sera cédé à partir de 30 DA au lieu de 25 DA. Déjà, certains yaourts cédés à 20 DA sont passés à 25 DA et ceux cédés à 15 DA sont  vendus à 18 DA depuis le 1er janvier. Ainsi les ménages, dont les bourses sont déjà bien éprouvées, vont supporter ces augmentations en attendant que les autorités fournissent des explications de celles-ci en dépit d’une facture salée des importations et des budgets colossaux dépensés pour la subvention de la filière du lait.

Adel
Samedi 4 Janvier 2014 - 17:13
Lu 338 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+