REFLEXION

A L’INSTAR DES GRANDES METROPOLES EUROPEENNES : Les cameras de surveillance se multiplient a Alger



A L’INSTAR DES GRANDES METROPOLES EUROPEENNES : Les cameras de surveillance se multiplient a Alger
De nombreuses caméras de surveillance ont été installées ces derniers jours dans les quartiers et les routes de la capitale et tout au long de l’axe routier qui mène vers l’est de la capitale, des pylônes comportant des caméras de surveillance ont fait leur apparition. Ces pylônes sont généralement plantés tout près des commissariats de police et des barrages fixes de la police. Les caméras de surveillance sont visibles également dans les principaux carrefours. Le projet de quadriller Alger avec des caméras a été entamé au début des années 2000. L’objectif est d'en installer plusieurs centaines dans les quartiers et les axes routiers de la capitale. Le projet avait effectivement démarré en 2004, avec l’installation de 25 caméras dans les points stratégiques d'Alger. L'expérience s'étant révélée une réussite, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) avait décidé d'étendre le réseau de vidéosurveillance à toute la capitale. La raison officielle invoquée pour justifier ce projet est la lutte contre la délinquance, en nette progression ces dernières années. Le projet vise également à prévenir et à lutter contre les mouvements de foule. Mais ce dispositif pourrait également servir dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Le 11 avril 2007, le Palais du gouvernement au centre-ville et un commissariat dans le quartier de Bab Ezzouar à l’est d’Alger ont été les cibles d’attentats à la voiture piégée qui avaient fait 30 morts et plus de 2.000 blessés. Si la vidéosurveillance peut difficilement prévenir des attaques terroristes, elle pourrait en revanche être utile dans les enquêtes menées par les services de sécurité pour trouver les suspects et retracer leur itinéraire. Mais la multiplication des caméras de surveillance pose le problème de la protection des libertés individuelles. L’Algérie ne compte aucun organisme indépendant capable de garantir que les images enregistrées par ces caméras ne seront pas utilisées à d’autres fins que la lutte contre le terrorisme et le crime. D’ailleurs, la DGSN et le ministère de l’Intérieur ne communiquent presque jamais sur ce projet.

Mehdi
Mardi 27 Juillet 2010 - 11:10
Lu 391 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+