REFLEXION

A L’APPROCHE DU RAMADHAN : Le poids du pouvoir d’achat est insupportable



Qui ne voit que tout cela se retrouve dans l’actualité Algérienne ? Les tenants du capital d’Etat (les partisans du secteur d’Etat) comme ceux du capital privé s’avèrent incapables de réorganiser l’inflation et le pouvoir d’achat du citoyen. Il y a donc incapacité hégémonique. L’avancée relative du capitalisme a correspondu à un recul social et politique de la masse des salariés : paupérisation remarquable des masses populaires. Il y a donc reflux prolétarien. La conjonction d’une crise hégémonique et d’un reflux prolétarien constitue proprement la conjoncture favorable à une régression politique de la société, c'est-à-dire au développement d’un procès de fascination qui vise la destruction de l’ordre républicain lui-même. Le renouveau de valeurs dépassées historiquement n’est que la conséquence de l’incapacité actuelle du bloc commandeur à surmonter ses dissensions et à présenter un front uni face à l’archaïsme et la médiocrité de certains responsables et même ministres. Si aujourd’hui, les travailleurs (résiduels) ne peuvent plus s’aligner avec le pouvoir d’achat, que diront les déshérités, les chômeurs et des laissés-pour-compte. Rien de commun en effet ne peut exister entre une idéologie qui considère comme inachevée et réactionnaire la vision bourgeoise du monde, et une autre qui œuvre pour l’avènement d’un ordre social qui se situe historiquement en-deçà de la démocratie, telle que produite par le système capitaliste. La question, est comment travaillerons nous en commun pour sortir de ce marasme, et obliger l’autre à corriger certaines erreurs en commençant par réviser tous les dossiers concernant la privatisation de certaines entreprises et ouvrir des investigations sur des départs obligés des travailleurs, dont certains responsables et hauts cadres algériens ont tous misé pour favoriser l’Etranger au détriment de centaine de travailleurs algériens obligés à travers une astuce illégale de démissionner en masse pour faire plaisir à certains étrangers. N’y a t il pas anguille sous roche ? l’Exemple de la Plâtrière de l’ERCO à Oran qui se trouvait en très bonne santé financière et malgré la volonté des travailleurs qui n’ont jamais été consultés de prendre l’usine en main. Ce grand complexe a été bradé par la complicité des responsables, qui avaient même créé des situations confuses, en dilapidant des devises dans l’achat des équipements pour les recevoir au port d’Oran et les dirigeaient à la ferraille devant le silence de toutes les autorités compétentes. Cet état de fait avec la bénédiction du ministère dont le ministre lui-même lors de sa visite en 2006 à ce complexe, il avait prédit un avenir très heureux pour les travailleurs avec le partenaire étranger. Seulement la réalité était autre chose. On donné tout le commandement et le pouvoir de décision à l’étranger, et on n’a mis des travailleurs dans le chômage. Certains pourtant, au nom d’un misérabilisme suspect, n’hésitent pas à effacer d’un trait les différences essentielles qui les placent aux antipodes l’une de l’autre. Mais que des journalistes incultes le claironnent quotidiennement, la chose n’est pas pour étonner, ils ont, dans leur opportunisme, à l’exemple de certains hommes politiques, sur la politique de privatisation. Il en est autrement, et c’est regrettable. C’est pourquoi le Président de la République a réagit cette année sur plusieurs cas de privatisation. La vision du Président est une autre vue, n’a rien à voir avec celle de ceux qui avaient bradé les biens du peuple. Dans un pays où la faillite des hauts cadres a coïncidé avec un appauvrissement qui n’a épargné pas même les couches moyennes le mieux nanties de la population, qui peut dire que la masse des travailleurs est entre toutes les plus déshéritées ? Rien ne permet d’affirmer que la nouvelle génération montante par exemple serait mieux lotis que celle de la précédente.

A Ben Brik
Mardi 15 Juin 2010 - 10:49
Lu 336 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+