REFLEXION

A L’APPROCHE DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE : Mesures de sécurité renforcées près de la frontière avec le Maroc

Les services de sécurité auraient redoublé récemment les mesures de sécurité pour la surveillance et le contrôle de la frontière ouest avec le Maroc selon des sources concordantes qui ajoutent que la situation, est devenue sous contrôle tout le long de la ligne de démarcation entre l'Algérie et le Maroc, où il est devenu difficile pour les contrebandiers de franchir facilement la frontière entre les deux pays, à la différence de ce qui était ces derniers mois.



L'infiltration des contrebandiers se faisait de temps à autre, malgré la présence de tranchées creusées tout le long de la frontière entre l'Algérie et le Maroc. Les services de la gendarmerie nationale et les gardes-frontières nationaux ont renforcé ces mêmes procédures, en particulier près de ‘’Zouia’’ à Beni Bousaid et Maghnia, où la situation semblerait plus apaisée et plus claire à travers la réduction  de activités des passeurs de produits de contrebande dans la zone assiégée par les tranchées et les patrouilles des gardes-frontières et la gendarmerie nationale et le reste des services de sécurité. La décision de redoubler les mesures de sécurité le long de la frontière pour permettre à l'Algérie de régler tous les problèmes de sécurité avec ce pays que le Makhzen tente d’exploiter, comme l’infiltration des migrants syriens vers le Maroc qui a prétendu que cette infiltration est un processus d'expulsion mené par les autorités algériennes, ce qui a été démenti par l'Algérie plus d'une fois. La décision des autorités algériennes, selon de nombreux observateurs,  est motivée par le développement des mécanismes de contrôle. Ces mécanismes ont conduit à  la suspension des actes de contrebande de carburant à destination du Maroc, ainsi que l'immobilisation des groupes terroristes qui se déplacent avec des éléments connus du Maroc vers l'Algérie et vice versa. Cette région a connu l’assassinat de deux personnes au cours de l’été dernier, parmi eux un proche parent de l’ex mouhafedh du parti  FLN à Tlemcen, et c’est le même groupe terroriste qui avait assassiné quatre gardes-frontières en août 2012. La présente procédure intervient dans un contexte sécuritaire spécial que vit la région qui entoure l’Algérie, tant au niveau de la frontière avec le Maroc, qu’au niveau de la frontière orientale avec la Tunisie et la Libye, et la situation de crise au Mali, qui est accompagnée par des mouvements marocains suspects qui tentent de pousser la situation sécuritaire vers le pourrissement, à la veille d’un important rendez-vous électoral entouré par un grand nombre d'interactions et de mobilités à différents niveaux. Aussi, ces mesures sécuritaires devraient probablement se poursuivre au-delà de l’élection présidentielle, du fait que  ces mesures se rapportent à la sécurité de la frontière avec un pays qui guette tout ce qui se passe et sur tous les fronts précise la même source.

Touffik
Samedi 15 Mars 2014 - 18:35
Lu 621 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+