REFLEXION

A DEUX MOIS DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE : Quels candidats pour quels mensonges ?

A deux mois de l’Election présidentielle, on assiste à une véritable pièce théâtrale, animée par des candidats amateurs, voulant jouer aux grands manitous, croyant que le poste suprême du président de la république est à la portée de tous : marchand de légumes, chanteur de rap, rapatrié, ou encore d’autres qui ne différencient pas entre le prix de la patate et le sac de ciment..!



Ainsi en attendant que les grands se prononcent à l’image du président sortant Bouteflika, laissons, ces danseurs de ventre, pardon ces candidats de la dernière heure, allumée par leurs mensonges la scène politique. Baignant dans la médiocrité et les fumisteries, inconnus par le peuple, ils  se présentent souvent comme les sauveurs suprêmes  de la démocratie et de l’Algérie. Ces nouveaux postulants à l’investiture suprême du pays semblent tiraillés pour ces enjeux présidentiels qui ne leur paraissent pas très importants et qu’ils banalisent  au point où le citoyen est pris en otage dans cet engrenage politique, se demandant si vraiment ces futurs candidats apporteront des solutions aux attentes des Algériens qui se résument principalement et  en premier lieu par un apport normal à la politique sociale, culturelle et économique du pays, sans pour autant ignorer les autres facteurs relatifs à la politique interne et externe du pays. Tout  candidat doit être connu et apprécié,  tout en étant éligible et  présent en permanence sur la scène nationale et internationale.  Malheureusement ces dernières semaines on assiste à une vraie politique  de  mythomanie de la part de quelques futurs candidats qui apparaissent  comme les sauveurs suprêmes de l’Algérie, vu que  chacun d’eux  dévoile un  programme, faisant rêver tout une population avide d’espoir, qui ne sait plus à quel saint se vouer et qui croire. Chaque futur candidat va de son rêve, promettant monts et merveilles, châteaux en Espagne à qui veut l’entendre, tantôt prenant un engagement pour la création de milliers d’emplois voire des millions, ou la construction de logements assez suffisants pour satisfaire le maximum de demandeurs de logements, il y a même des candidats qui promettent de supprimer le visa Schengen, afin  de permettre une libre circulation aux Algériens dans l’espace Schengen etc… Des promesses qui laissent chaque citoyen  Algérien pantois et perplexe, faisant fi de croire en se laissant aller à ce jeu afin de rêver d’un avenir digne des légendes narrées dans les contes des mille et une nuit. C’est dans ce cadre, que le citoyen  se demande, s’il peut construire et gérer une confiance mutuelle qui doit en principe exister entre lui et le futur  candidat de son choix ou de son parti.  Mais avec de tels chamboulements et complexités dans la vie  politique de certains partis Algériens, il pourrait  s’agir tout simplement de défis personnels que se font les futurs occupants d’El Mourradia. Dans ce contexte, pour relever de tels défis les acteurs de tous les partis doivent désormais travailler en étroite collaboration, dans une direction commune qui est l’intérêt général et non individuel, et  ce qui  requiert une confiance mutuelle véritable entre tous les acteurs et citoyens qui doivent œuvrer ensemble et trouver des solutions, afin de poursuivre des objectifs tracés d’une façon efficace et bénéfique pour tous, dans le cadre d’un  développement durable, d’une stabilité du pays. Il faut pour cela que tous les Algériens soient convaincus qu’avec la présidentielle de 2014, il s’agit de la préparation d’un avenir dans l’intérêt général de tout le monde, sans discrimination aucune. Il est grand temps  que les jeunes chômeurs soient pris en charge, pour que le pays se développe et s’épanouisse. Il est utile de préciser, qu’il est plus préférable de céder la place à la compétence, car géographiquement, l’Algérie est dotée d’une superficie de 2.200.000 Km carrés, et démographiquement, elle avoisine les 40 millions d’habitants, qui aspirent tous à une bonne prise en charge de leurs doléances qui ne se limitent pas uniquement à des attentes futiles.

B. Adda
Lundi 10 Février 2014 - 18:33
Lu 203 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+