REFLEXION

A DEFAUT DE CONTROLE : Des commerçants tricheurs partout



Depuis le premier jour du mois de Ramadhan, une fièvre mercantile s’est emparée des commerçants véreux qui attendaient avec impatience cette opportunité pour vider les poches des clients, voire « sucer » leur sang, il serait judicieux que les services de contrôle en collaboration avec ceux de la métrologie procèdent à des contrôles des balances des commerçants, particulièrement au niveau des marchés. Le pauvre consommateur qui n’est nullement protégé et qui ne peut en aucun cas s’apercevoir de l’arnaque sur le prix, la qualité ou le poids, se retrouve livré en pâture aux commerçants. Par le passé, c’étai le commerçant lui-même qui ramenait au niveau du service de métrologie ses balances et poids pour être contrôlés et poinçonnés. Ce contrôle était périodique et assurait la protection du consommateur sans tapage médiatique car comme on le dit « chacun fait son travail ». Ce contrôle technique doit se faire avec des poids étalons qui permettent de s’assurer que les poids affichés sont justes et que le consommateur n’est pas lésé. Ces contrôles permettent de s’assurer de la fiabilité des instruments de mesure et aussi de la loyauté des transactions commerciales. Certes, en cette période, les différents services de contrôle sont sur le qui-vive pour veiller à l’hygiène et à l’affichage des prix, mais aucun intérêt ne semble être accordé au contrôle du pesage. Un aspect non négligeable dans la mesure où beaucoup de dépassements sont constatés régulièrement par les consommateurs qui effectuent leurs emplettes dans les différents marchés et commerces du centre-ville. Le vol à la pesée est considéré comme un acte condamnable car assimilé au vol qualifié et dont les auteurs sont passibles de poursuites judiciaires. Ce phénomène de balances non contrôlées et l’utilisation en contre poids de bougies de moteur, de boites de conserves ou encore plus grave l’utilisation de balances ménagères détraquées, démontre à quel point au niveau surtout des marchés informels ou dans les cités populaires tout est permis au détriment du pauvre consommateur.

T.B.Aek
Mardi 23 Août 2011 - 11:14
Lu 305 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+