REFLEXION

A CAUSE DE LA PROJECTION D’UNE USINE SUR LES TERRES D’UN CIMETIERE A TISSEMSILT : Les citoyens de Sidi-Mansour s’opposent au projet



Le conflit entre les citoyens de la localité de Sidi-Mansour et les responsables s’enlisent à cause de la projection d’un projet d’un complexe frigorifique de produits agroalimentaires sur une superficie que les citoyens disent qu’elle est « Hobous » pour le cimetière de la région et apparemment aucune solution n’est envisagée pour l’immédiat pour sa résolution, alors que le « Wait end see » s’intensifie chez les tribus des Chouaïmia, S’oual, Ouled Boumengouche, les Dialem. Hier dimanche, la tension était perceptible à Sidi-Mansour où un attroupement d’une centaine de personnes et la présence en force des éléments de la gendarmerie nationale, tous attendaient la venue des responsables concernés. Vers 10 heures du matin, un grand cortège de véhicules arrive. Ils étaient tous là, le chef de la daïra de Khemisti, le directeur des services agricoles, les représentants du groupement agroalimentaire, les experts etc. la seule fausse note qu’on a dû remarquer est l’absence du maire de Khemisti et le représentant des domaines. D’emblée, les pourparlers ont pris un ton élevé et surchauffés, les citoyens ont affirmé aux responsables que ce cimetière, dont la superficie globale est de 18,6 hectares, est classé « Hobous » et ce qui en reste (08) hectares sur lesquels certains responsables envisagent d’installer le projet fait partie de la superficie globale, tout en indiquant qu’ils ne sont pas contre ce projet, mais pas sur cette terre du moment que d’autres surfaces domaniales entourent la superficie convoitée, les tentatives des responsables de leur expliquer l’utilité du projet sont tombées dans l’eau et aucun d’eux n’a eu raison de ces citoyens. Sur place, nous avons tenté de savoir l’avis de l’administration sur ce conflit, le DSA s’est focalisé sur l’importance du projet qui, selon lui, va permettre le recrutement de pas moins de (150) personnes et sur le fait que l’implantation du projet ne souffre d’aucune anomalie quant à la version de l’administration, un responsable nous a invités à la description du constat se contentant de dire « si le terrain est classé Hobous » qu’ils le démontrent » et sur une question relative au devenir du projet il rétorqua « je ne peux pas envisager ce qui va se passer, la décision revient au premier responsable de la wilaya ». Enfin, après deux heures, toute la délégation a rebroussé chemin sans pour cela prendre la moindre décision ce qui a laissé ressentir chez les citoyens de Sidi-Mansour un sentiment de bataille gagnée néanmoins, ils savent que ce n’est qu’une bataille d’une guerre et le chemin est encore long…

A.Ould El Hadri
Lundi 30 Mai 2011 - 12:44
Lu 244 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+